Attention aux précipitations intenses

Qu’est-ce que le ruissellement de surface ?

En cas de fortes pluies, une partie des précipitations subsiste à la surface du sol, par exemple si le sol est étanche ou déjà saturé en eau (surplus de saturation) ou bien encore si l'eau ne peut pas s'infiltrer assez rapidement (surplus d'infiltration). En fonction de la déclivité et de la nature du terrain, l'eau s'écoule alors à la surface du sol. Ce phénomène est appelé « ruissellement de surface ». Les voies d'écoulement suivent en grande partie la topographie du terrain et sont influencées par les petites structures telles que les routes, les chemins, les sentiers et tout autre tracé. Plus la surface du sol est inclinée et plate, plus l'eau s'écoule rapidement.

Si vous cliquez sur ce bouton, des vidéos de YouTube seront intégrées sur l’ensemble du site internet. YouTube pourra dès lors collecter des informations à votre sujet.

Ruissellement de surface : dangers et dommages

Toujours à la recherche du point le plus bas, l'eau s'accumule dans les dépressions et malheureusement aussi dans les caves et les garages souterrains non protégés, où elle peut y causer de sérieux dégâts et mettre les personnes en danger de mort. Seuls 20-30 cm d’eau suffisent déjà pour que les portes ne puissent plus s’ouvrir et que des personnes restent enfermées. De plus, les fenêtres et les portes peuvent soudainement céder sous la pression croissante de l'eau et des pièces entières peuvent se retrouver inondées en quelques secondes.

Si vous cliquez sur ce bouton, des vidéos de YouTube seront intégrées sur l’ensemble du site internet. YouTube pourra dès lors collecter des informations à votre sujet.

Le ruissellement de surface s'écoule de la pente et de la route vers la maison

Les effets du ruissellement de surface sont très similaires à ceux des crues de ruisseaux, de rivières ou de lacs. En fonction de la quantité d'eau et de sa provenance, de la boue, des débris ainsi que du bois peuvent également être charriés. L'humidité, la saleté et le dépôt de matières solides causent des dommages matériels importants au bâtiment et à l'intérieur de celui-ci. Les dommages occasionnés vont aussi au-delà de la hauteur maximale d’inondation (humidité, capillarité). L'expérience a montré que les dommages causés aux installations techniques, telles que le chauffage, les ascenseurs, le poste de distribution électrique ou les équipements informatiques, coûtent très cher. Les dommages causés à l'isolation thermique extérieure sont également coûteux s'ils nécessitent des réparations ou des remplacements de grande envergure. Les réactions chimiques avec certaines matières stockées peuvent également avoir des conséquences graves dans les lieux où elles sont entreposées ou convoyées (p. ex., si des réservoirs à mazout se mettent à flotter). Aucun doute : il est toujours bon de miser sur la prévention !

Connaissez-vous les endroits où l'eau peut s'écouler vers votre bâtiment ?

La carte de l'aléa ruissellement suisse permet de connaître les dangers sur le site du bâtiment et de planifier des mesures. Elle indique les voies de ruissellement et les endroits où les eaux de surface peuvent s'accumuler, avec un classement en trois catégories de profondeur d'écoulement.

vers le géoportail fédéral (geo.admin.ch)

Légende
Légende

Étant donné que même les plus petites structures de terrain, telles que les bords de trottoir ou les bordures, influencent la trajectoire du ruissellement, il est important de procéder à une évaluation sur place. Lors de l’évaluation, il faut se poser les questions suivantes :

  • D’où vient l’eau et où va-t-elle ? Où s'accumule-t-elle quand le système d'évacuation des eaux ne fonctionne pas ?
  • L’eau peut-elle pénétrer dans le bâtiment ou endommager la façade ? Où et comment ?
  • Comment maintenir l'eau à l'écart du bâtiment ou comment protéger le bâtiment ?
  • Comment les travaux de construction prévus affectent-ils l'écoulement des eaux sur la parcelle et dans les environs immédiats ?
Voies de pénétration de l'eau dans le bâtiment
Points faibles typiques du bâtiment : 1) parois / radier de la cave; 2) canalisations; 3) raccordements non étanches 4) soupiraux et fenêtres de la cave; 5) parois extérieures; 6) ouvertures des portes et des fenêtres; 7) façade; 8) toit / balcon

Bon à savoir : Les systèmes d’évacuation de l'eau des routes et des zones résidentielles sont conçus uniquement pour supporter des précipitations susceptibles de se produire tous les 5 à 10 ans, et sont déjà surchargés lors de pluies orageuses. Ils ne peuvent donc absorber qu'une fraction de l'eau qui s'accumule et ne contribuent pas de manière fiable à évacuer le ruissellement de surface. Il ne faut donc pas s’y fier pour prévenir les dommages. De plus, des feuilles, des grêlons ou de la neige peuvent boucher les entrées d'eau et aggraver le problème. C’est pourquoi il faut partir du principe que les systèmes d’évacuation ne seront pas en mesure d'absorber toute l'eau en cas d'incident. Même sans afflux d'eau provenant de l'extérieur, les précipitations intenses amènent rien qu’à elles seules beaucoup d'eau sur la parcelle du bâtiment et toute cette eau doit être évacuée si l’on veut éviter les dommages.

Protection efficace contre le ruissellement de surface

L'emplacement, la configuration du bâtiment et des lieux environnants sont des paramètres essentiels de la protection contre le ruissellement de surface. Si l'on évite de construire dans une dépression et que l’on fait en sorte que l’eau ne s’écoule pas vers le bâtiment, on est déjà bien protégé. Les ouvertures du bâtiment potentiellement à risque, telles que les sauts-de-loup, peuvent être surélevées ou rendues étanches. En l’absence de délai de préalerte ou si celui-ci est trop court, seules des mesures constructives permanentes et d'aménagement du terrain offrent une protection fiable. Par exemple, surélever les entrées des bâtiments et des garages peut permettre d’empêcher l'eau d'entrer. Dans les bâtiments existants où l'espace est limité, les barrières automatiques de rétention à fonctionnement purement mécanique sont particulièrement adaptées. Des mesures aux limites de la parcelle ou l'acheminement délibéré de l'eau par des canalisations à travers la parcelle peuvent également être utiles.

En vertu de l'article 689 du CC, aucun des voisins ne peut modifier l’écoulement naturel de l’eau au détriment de l’autre, c'est-à-dire que les mesures prises ne doivent pas déplacer le danger vers d'autres parcelles. Si plusieurs propriétés voisines sont en danger, il convient d’examiner des mesures coordonnées dans le sens d'une protection du périmètre pour un quartier entier. De telles approches de « gestion intégrale des eaux pluviales », dans lesquelles le ruissellement des eaux est délibérément planifié et des zones sont réservées à la rétention contrôlée de l'eau, contribuent également à revaloriser l'habitat.

Afin de trouver des solutions efficaces et économiques, la thématique des dangers et des objectifs de protection doit être abordée le plus tôt possible dans la planification d'un nouveau bâtiment ou d'une transformation. Le check-up des dangers naturels indique précisément les zones où un bâtiment est menacé et donne des recommandations de mesures adaptées à la situation de danger.

Check-up des dangers naturels
Informations complémentaires sur la carte aléa ruissellement

Retour

Si vous changez de profil, vous accéderez à une mise en page et à un niveau de détail du contenu différents.

Changer de profil