Études préliminaires : développement de solutions

Le bâtiment surélevé est robuste et étanche dans la zone de base

Une fois terminées, beaucoup de mesures de protection ne sont presque plus identifiables comme telles et peuvent être réalisées sans surcoûts importants. Cela implique toutefois que les dangers naturels soient pris en considération dès la première ébauche du projet. Ce faisant, les mesures constructives et de conception s'intègrent au mieux dans le style architectural et dans le concept global. De plus, elles sont beaucoup plus fiables que les mesures de protection mobiles.

Les questions principales de cette phase consistent à :

  • évaluer en détail les conditions locales pour chaque danger naturel
  • élaborer un cahier des charges avec des objectifs de protections concrets
  • identifier les exigences concrètes pour le bâtiment
  • développer des approches méthodologiques relevant de la conception (ébauche de concept de protection)

Pour les glissements de terrain, les laves torrentielles, les chutes de pierres, les avalanches, les tremblements de terre et en cas d’inondation avec une grande profondeur ou vitesse d’écoulement, il est recommandé de s’adresser à des projeteurs et ingénieurs spécialisés. Si l'ébauche de projet ne prend pas suffisamment en considération ces risques, il sera difficile de réaliser les mesures appropriées par la suite, même avec des moyens financiers supplémentaires importants. Il est donc primordial d’aborder de manière transparente les risques résiduels et les éventuelles restrictions d’utilisation – en particulier vis-à-vis du maître d’ouvrage et des entités qui assument un risque.

Aides pratiques :

Calculer la hauteur d’incidence pour la protection contre les crues et le ruissellement de surface représente par exemple une exigence concrète pour un bâtiment.

Si vous changez de profil, vous accéderez à une mise en page et à un niveau de détail du contenu différents.

Changer de profil