Le check-up des dangers naturels suisse n’est optimisé que pour les tablettes et ordinateurs. Merci de votre compréhension.

Type de bâtiment*
Dans quel domaine souhaitez-vous recevoir des conseils ? Choisissez!
Situations*
Parties de bâtiment*
Bâtiment et situation
Autour du bâtiment
Sous-sol
Façade
Toit
Dangers naturels*
masquer
afficher

Voici ce que vous pouvez faire pour protéger votre bâtiment

Voici les recommandations relatives à votre sélection.

De quelle protection a besoin votre bâtiment ?

  • Déterminez pour votre bâtiment ce qu'on appelle les objectifs de protection (voir check-list). Faites appel à un spécialiste.
    Il vous faut savoir contre quels événements vous voulez protéger votre bâtiment et quel degré de protection vous voulez lui offrir. C'est la condition pour pouvoir prendre les mesures appropriées.
    Suivez les recommandations des établissements cantonaux d'assurance concernant les objectifs de protection.
    Faites examiner la situation de danger de votre bâtiment par un spécialiste. À cet effet, utilisez la check-list.

  • Un bâtiment sur 10 en Suisse se trouve en zone de danger. Cela vaut la peine de contrôler.

    Les cartes de dangers: un moyen de vous informer sur les dangers auxquels est exposé votre bâtiment.

  • La carte suisse de l’aléa ruissellement n’a pas de force obligatoire en droit. Elle est une donnée de base
    technique et a un caractère indicatif.

    La carte de l’aléa ruissellement donne des informations, où en cas de pluies intenses l'eau peut s'écouler et s'accumuler, p.ex. dans des dépressions ou contre des obstacles. La carte permet aux maîtres d’ouvrage, architectes et aux ingénieurs de se faire rapidement une idée des dangers possibles et des risques éventuels.

    vers le géoportail fédéral (geo.admin.ch)


    Légende
    Legende


    Attention : Cette carte est un produit de modélisation. Il est important de réaliser un contrôle de plausibilité des voies d’écoulement sur le terrain pour pouvoir en faire une interprétation correcte : en effet, le modèle ne tient pas compte des bords de trottoirs, des bordures, ni non plus des passages souterrains ou sous voie. Informations complémentaires:

  • Tirez profit des expériences des autres : interrogez vos voisins et d'autres habitants de la région. Renseignez-vous auprès de votre établissement d'assurance sur les événements et les dommages qui sont survenus par le passé.

  • S'il existe un danger dans l'environnement de votre bâtiment : adressez-vous aux services spécialisés dans le canton concerné.

  • Renseignez-vous suffisamment tôt sur les directives auprès de votre commune, de votre canton et des assurances.

    Définissez le niveau de protection pour votre bâtiment. Celui-ci détermine jusqu'à quelle hauteur d'inondation le bâtiment doit être protégé. Faites appel à un spécialiste.

  • Exemple : le calcul de résistance contre la tempête s'arrête souvent à la structure porteuse du toit. Et on oublie alors de fixer les tuiles conformément à la norme.

    Les mesures de protection contre la grêle, la neige, les tempêtes, les pluies intenses ou les tremblements de terre concernent tous les bâtiments. Ces mesures sont pour la plupart définies par des normes. Exigez de votre projeteur l'application des normes dans leur intégralité « jusqu'à la dernière vis ». Pour convenir de la mise en oeuvre de mesures, utilisez la check-list.

Les mesures que vous pouvez prendre...

  • Anticiper la protection contre les dangers naturels dès la planification, c'est faire des économies : en concertation avec le projeteur, déterminez à l'avance la protection nécessaire pour votre bâtiment, de telle sorte qu'aucune mesure de protection supplémentaire ne soit nécessaire après coup.

  • Évitez les fausses économies : prenez les bonnes précautions pour votre bâtiment. Vous pourrez ainsi dormir tranquille si les éléments se déchaînent. Des mesures improvisées dans l'urgence ont rarement les effets escomptés.

  • L'eau arrive toujours à se frayer un chemin : faites attention à ce que l'eau ne puisse pas pénétrer dans les locaux protégés via une canalisation, des gaines de conduits ou des bouches d'aération.

  • Évitez si possible de construire dans une cuvette et prévoyez de faire surélever votre bâtiment.

  • Assurez-vous que l'eau puisse bien s'écouler des toits, balcons et terrasses. Les gouttières, les bouches d'évacuation au sol et les chénaux doivent régulièrement être inspectés et nettoyés.
    Pour les bâtiments anciens, il est recommandé d'examiner l'application des normes de construction actuelles concernant les drainages et le cas échéant, d'installer un équipement complémentaire.

  • Attention aux ouvertures : veillez à ce que les escaliers extérieurs, les chemins d'accès, les portes et portails, les fenêtres, les puits de lumière, etc. soient placés à des endroits protégés et que tous les points d'entrée possibles soient suffisamment surélevés afin que l'eau ne puisse pas entrer.

  • Pour un bon écoulement de l'eau : veillez à ce que les gaines techniques et les conduites soient bien positionnées et suffisamment grandes. Configurez le terrain de telle sorte que, si les conduites d'évacuation sont bouchées, l'eau puisse s'écouler sans provoquer de dommages.

  • Les systèmes traditionnels d'évacuation des eaux, tels que les caniveaux et les bouches d'évacuation, ne suffisent pas toujours à protéger votre terrain efficacement contre les pluies intenses, surtout si l'eau s'écoule d'une surface voisine. Renseignez-vous auprès d'un spécialiste pour savoir quels dommages peuvent survenir dans ce cas et quelles mesures de protection vous pouvez prendre.

  • Assurez-vous que l'eau ne puisse pas stagner contre votre bâtiment, mais qu'elle puisse s'en écouler ou le contourner autant que possible
    Mais veillez aussi à ce que vos mesures de protection n'engendrent pas de menaces supplémentaires pour vos voisins.

  • Le niveau de protection détermine jusqu'à quelle hauteur d'inondation le bâtiment doit être protégé.

    En-dessous du niveau protection de votre bâtiment, n'utilisez que des portes, portails et fenêtres étanches et résistants à la pression de l'eau, ou protégez-les avec des éléments de protection supplémentaires, par exemple des marches, des murets, des digues ou des bordures.
    Si vous envisagez l'installation de systèmes mobiles de protection, faites attention à la phase de préalerte. Privilégiez les systèmes qui s'activent automatiquement.

  • Le niveau de protection détermine jusqu'à quelle hauteur d'inondation le bâtiment doit être protégé.

    Les puits de lumière constituent l'un des points d'entrée d'eau les plus fréquents. Placez-les du côté du bâtiment non menacé par l'eau ou rendez-les étanches jusqu'au niveau de protection – également depuis le dessous.

  • Informez-vous pour savoir s'il est utile et raisonnable de condamner durablement les fenêtres de caves menacées par les eaux, par ex. en les murant ou en les recouvrant avec un revêtement en verre. Faites appel à un spécialiste.

  • Le niveau de protection détermine jusqu'à quelle hauteur d'inondation le bâtiment doit être protégé.

    Surélevez les puits de lumière jusqu'au-delà du niveau de protection et rendez-les étanches – également depuis le dessous.

  • Surélevez les puits de lumière et rendez-les étanches – exemples:

  • Dans les niveaux pouvant être inondés, choisissez du matériel résistant à l'eau pour les sols, parois et plafonds.

  • Le niveau de protection détermine jusqu'à quelle hauteur d'inondation le bâtiment doit être protégé.

    Placez les installations techniques du bâtiment au-dessus du niveau de protection. Si ce n'est pas possible, rendez les locaux correspondants étanches.

  • Pensez aussi à protéger l'ascenseur : de l'eau dans la cage d'ascenseur peut bloquer ce dernier et mettre en danger les personnes qui s'y trouvent. Définissez la position de repos de l'ascenseur au-dessus du niveau de protection et assurez-vous que l'ascenseur ne descende pas en cas d'inondation.

  • Lorsque vous rendez votre bâtiment étanche contre les inondations : veillez à ce que les parois et les sols résistent à la pression de l'eau et à ce que le bâtiment ne puisse pas être soulevé par la pression de l'eau. Faites vérifier ce point par un ingénieur civil.

  • Le niveau de protection détermine jusqu'à quelle hauteur d'inondation le bâtiment doit être protégé.

    En cas d'inondation, l'eau et la saleté peuvent pénétrer dans les parois extérieures. L'humidité peut causer de la moisissure. Veillez donc à ce que toute la structure de la paroi soit étanche jusqu'au niveau de protection (zone du socle) et qu'elle soit facile à nettoyer.

  • Tenez l'eau éloignée de votre bâtiment à l'aide de mesures constructives telles que des murets, des digues et des bordures. Cela est important en périphérie des zones urbaines et près des cours d'eau, surtout sur les terrains en pente. Dans une pente, les murs de soutènement doivent être suffisamment surélevés par rapport à la propriété voisine située plus haut, car sinon l'eau peut passer par dessus le mur.
    Mais veillez à ce que vos mesures de protection n'engendrent pas de menaces supplémentaires pour vos voisins. Faites appel à un spécialiste pour planifier les mesures.

  • Tenez l'eau éloignée de votre bâtiment - exemples de mesures constructives:

  • Sur les toits plats, de l'eau peut s'accumuler en cas de pluies intenses et pénétrer dans les espaces intérieurs. Veillez donc particulièrement à installer un dispositif suffisant pour l'évacuation de l'eau et à garantir le drainage de sécurité prescrit.

  • Pour l'enveloppe extérieure de votre bâtiment, veillez à choisir une structure stable et des matériaux qui résistent aux dangers naturels. Ce choix est décisif dans la détermination de la vulnérabilité et de la durée de vie de votre ouvrage.

  • Comme l'enveloppe extérieure du bâtiment est particulièrement exposée, choisissez des matériaux qui résistent à des grêlons d'au moins 3 cm de diamètre. En langage de spécialiste : indice de résistance à la grêle 3 (RG3) ou plus élevé.

  • Veillez à ce que toutes les parties de l'enveloppe extérieure de votre bâtiment résistent à une tempête. Pour la fixation, il existe des normes de construction et des instructions de montage.

  • Les bords de toits sont fortement exposés. Veillez donc particulièrement à ce que les différents éléments de cette zone soient bien fixés.

  • Faites fixer vos tuiles de toit conformément aux normes en vigueur. Les crochets de fixation, les vis, etc., évitent que les tuiles se soulèvent en cas de vent.

  • Pour les toits en tôle, veillez particulièrement à ce qu'ils soient fixés selon les normes en vigueur, surtout dans les bords.

  • Dans le répertoire suisse de la protection contre la grêle, vous pouvez vérifier si un produit reste « seulement » fonctionnel ou s'il résiste à la grêle aussi en ce qui concerne l'aspect esthétique.
    Remarques: pour le moment, il n'existe pas de stores à lamelles avec un indice RG 3. Les dommages uniquement visuels ne sont pas toujours pris en charge par l'assurance.

    Pour la protection solaire (par ex. stores toile, volets roulants ou volets), choisissez des produits résistants à la grêle. En langage de spécialiste : indice de résistance à la grêle 3 (RG 3) ou plus élevé.

  • Pour la protection solaire (par ex. stores toile, stores ou volets), choisissez les produits résistant le mieux au vent, donc ceux ayant la classe de résistance au vent la plus élevée.
    Attention : les éléments de protection solaire n'ont qu'une faible résistance (par ex. les stores bannes et les stores à lamelles) et ils doivent être remontés avant une tempête.

  • Les commerces spécialisés proposent un grand nombre de dispositifs de protection solaire intégrés aux fenêtres (derrière le verre). Ces systèmes offrent en général une protection confortable contre les tempêtes et la grêle.

    Pour ne pas devoir remonter les stores en cas d'orage, protégez-les avec des éléments stables, par ex. du verre.

  • Faites attention à ce que les stores (stores à lamelles, volets à rouleau, etc.) soient montés directement devant la fenêtre, dans l'encadrement, conformément aux indications du fabricant. En cas de distance trop importante par rapport à la fenêtre, le risque de dommage augmente et la garantie du fabricant pour la résistance au vent devient caduque.

  • Choisissez également des produits photovoltaïques et d'énergie solaire thermique qui résistent à la grêle. En langage de spécialiste: indice de résistance à la grêle 3 (RG 3) ou plus élevé.

  • Les éléments photovoltaïques et d'énergie solaire thermique ne devraient pas être simplement « vissés » sur le toit. Comme les tempêtes et la neige exercent des forces particulièrement importantes sur ces éléments, la fixation doit toujours être effectuée dans le respect des normes par un ingénieur civil.

  • Exemple : des coupoles d'éclairage en un matériau synthétique vieux et cassant, seront beaucoup plus vite percées par la grêle et laisseront passer l'eau.

    Dès la planification, pensez au fonctionnement et à l'entretien de vos équipements. Utilisez le plus possible des matériaux de construction durables. Les matériaux qui vieillissent rapidement doivent être en effet remplacés régulièrement et ceci est coûteux. Il n'est pas rare qu'on réalise trop tard qu'ils ont perdu leur résistance, ce qui peut survenir parfois au bout de quelques années déjà.

  • Les façades ventilées par ex. en bois, en verre, en pierre, en fibres de ciment ou en métal, doivent être particulièrement bien fixées pour résister aux tempêtes. Demandez à un ingénieur civil de calculer la puissance de fixation nécessaire.

  • Veillez à utiliser des systèmes testés contre la grêle pour la dernière couche (crépi) des parois extérieures (isolation thermique par l'extérieur).

  • Demandez à votre projeteur ou à votre peintre des systèmes adaptés et testés.

    Les éléments en bois laqués sont vite endommagés. Privilégiez la lasure ou laissez-les à l'état brut.

  • Pour les petits éléments ajoutés ou modifiés, par ex. les cheminées, les antennes paraboliques ou les enseignes, veillez particulièrement à ce que leur structure et leur montage soient stables. Ces éléments sont exposés et peuvent facilement être arrachés.

  • Les couvertures de piscines sont exposées à la grêle. Veillez à utiliser du matériel avec une résistance importante et durable à la grêle.

  • Une installation de protection contre la foudre protège efficacement votre bâtiment. Attention : les appareils et installations électriques à l’intérieur du bâtiment ne sont pas protégés de la surtension par le paratonnerre. Pensez à installer un parafoudre, tel qu’un limiteur de surtension combiné. Idéalement, le parafoudre doit compléter le paratonnerre. Pour la mise en place, faites-vous conseiller par un spécialiste (services spécialisés).

  • Pour vous épargner bien des tracas et des désagréments, il est préférable également de construire votre jardin d'hiver, votre remise ou votre serre avec des matériaux offrant une résistance suffisante à la grêle.

    Les dommages coûtent cher, même pour les petits bâtiments : veillez à leur offrir la même protection que celle des autres bâtiments.

  • Si votre bâtiment est situé près d'un cours d'eau : placez vos objets, par exemple les containers à ordures ou les piles de bois, à un endroit protégé pour qu'ils ne puissent pas être emportés et boucher des passages d'eau comme des ponts ou des endroits étroits.

  • Le verre des vitres est nettement plus résistant que le matériel des stores.

    Profitez de l'opportunité qui vous est offerte avec «Protection grêle - tout simplement automatique» gratuite. Ainsi, vos stores remonteront automatiquement grâce à un signal à distance lié aux prévisions météo. Pour plus d'informations, contactez l'Association des établissements cantonaux d'assurance (AECA).

     

    Si vous cliquez sur ce bouton, des vidéos de YouTube seront intégrées sur l’ensemble du site Internet. YouTube pourra dès lors collecter des informations à votre sujet.

    Si vous cliquez sur ce bouton, des vidéos de YouTube seront intégrées sur l’ensemble du site Internet. YouTube pourra dès lors collecter des informations à votre sujet.

À quoi vous pourrez encore penser à l'avenir...

  • Pour que les conduites d'évacuation ne s'obstruent pas : tous les mois, retirez des grilles les feuillages et autres objets. Nettoyez les bouches d'évacuation tous les quelques mois et faites rincer les conduites tous les 5 ans.

  • Nettoyez les écoulements des balcons, terrasses et toits plats régulièrement pour que l'eau puisse toujours bien s'évacuer. Nettoyez aussi vos gouttières une fois par an.

  • Pensez également aux objets qui ont une valeur sentimentale, par exemple les albums photo ou les souvenirs.

    Ne stockez aucun objet sensible à l'eau ou de valeur dans les locaux pouvant être inondés.

  • Exemple : des coupoles d'éclairage en un matériau synthétique vieux et cassant, seront beaucoup plus vite percées par la grêle et laisseront passer l'eau.

    Rien n'est éternel : remplacez à temps les matériaux usés. Très souvent, on ne voit pas qu'ils ont perdu leur résistance, ce qui peut survenir parfois au bout de quelques années déjà. Utilisez le plus possible des matériaux de construction durables.

  • Faites contrôler le toit de votre bâtiment par des couvreurs tous les 10 ans au minimum et après une tempête ou un orage de grêle sévère.

  • Remplacez à temps les revêtements de toitures anciens, devenus fragiles et qui ont tendance à se détendre sur les bords. Ils se cassent facilement en cas de grêle et de l'eau peut pénétrer à l'intérieur. Cela peut provoquer de gros dommages dans la structure du toit.
    Veillez à ce que le revêtement de la toiture soit protégé complètement contre les UV, ceci par un revêtement en gravier ou de la verdure, qui recouvre aussi les bords et ne présente aucun trou.

  • Remplacez à temps les cordes et parties synthétiques usées des stores et volets à rouleau. Elles peuvent vite casser.

  • Les arbres et branches fragiles peuvent tomber et engendrer de gros dommages aux bâtiments. Surveillez l'état de vos arbres et en cas de doute, faites appel à un spécialiste pour prendre des mesures à temps.

  • Si votre bâtiment est situé près d'un cours d'eau : placez vos objets, par exemple les containers à ordures ou les piles de bois, à un endroit protégé pour qu'ils ne puissent pas être emportés et boucher des passages d'eau comme des ponts ou des endroits étroits.

  • Rien n'est éternel : contrôlez régulièrement les constructions existantes pour lutter contre les inondations telles que les digues, les murs, etc. Effectuez les réparations nécessaires. Cela en vaut la peine.

Ce que vous pouvez encore faire en cas d'urgence...

  • Fermez surtout les fenêtres de toit, mais aussi les autres fenêtres et les portes, si un orage menace.

  • Le verre des vitres est nettement plus résistant que le matériel des stores. Aujourd'hui, les services météorologiques transmettent en général les alertes orage assez tôt.

    Remontez toujours les stores quand l'orage menace. Assurez-vous que quelqu'un le fasse si vous êtes absent.

     

    Grêle : les vitres résistent mieux qu'on ne le pense

    Si vous cliquez sur ce bouton, des vidéos de YouTube seront intégrées sur l’ensemble du site Internet. YouTube pourra dès lors collecter des informations à votre sujet.

  • Tant qu'aucune mesure de protection constructive n'est prise : gardez à portée de main en cas d'urgence suffisamment de sacs de sable et de film plastique pour rendre étanches les ouvertures. Exercez-vous à utiliser les sacs de sable avant une situation d'urgence. Il faudrait mettre en place les sacs de sable dès que les prévisions météorologiques deviennent critiques.

  • Stockez les meubles de jardin et autres objets non attachés, par ex. les trampolines ou tables de ping-pong, à l'abri des intempéries. Sécurisez-les de manière à ce qu'ils ne puissent pas s'envoler et causer des dégâts.

  • Après un orage, préparez-vous au suivant : enlevez a posteriori les feuillages et autres objets des conduites d'évacuation d'eau pour éviter qu'elles se bouchent.