Le check-up des dangers naturels suisse n’est optimisé que pour les tablettes et ordinateurs. Merci de votre compréhension.

Type de bâtiment*
Dans quel domaine souhaitez-vous recevoir des conseils ? Choisissez!
Situations*
Parties de bâtiment*
Bâtiment et situation
Autour du bâtiment
Sous-sol
Façade
Toit
Dangers naturels*
masquer
afficher

Voici ce que vous pouvez faire pour protéger votre bâtiment

Veuillez ouvrir les recommandations et utiliser le menu de sélection ci-dessus pour adapter les critères à votre projet de construction.

De quelle protection votre bâtiment a-t-il besoin ?

  • Définissez des objectifs de protection pour votre projet de construction. Il est essentiel de savoir contre quels dangers naturels vous voulez protéger votre bâtiment et quel degré de protection vous voulez lui offrir. C'est la condition pour pouvoir prendre les mesures appropriées.

  • Plus vous anticipez la protection contre les dangers naturels au cours de la planification, plus les solutions choisies pourront être mises en œuvre de manière esthétique et économique.

  • Choix de l’emplacement du bâtiment hors des zones de danger

    Évitez les dangers naturels gravitationnels comme les effondrements, les avalanches, les chutes de pierres, les laves torrentielles, les glissements de terrain ou les crues et privilégiez si possible, pour votre bâtiment, un emplacement hors des zones des danger. Attention : même en situation de danger faible, le risque peut être considérable en fonction de l'affectation et des biens potentiellement menacés !

  • Attention : Tous les bâtiments sont exposés au risque de fortes pluies, de la grêle ou de tempêtes et doivent être protégés en conséquence !

    Informez-vous des dangers locaux en consultant les cartes de dangers et prenez des mesures de protection adaptées pour votre projet de construction.

  • Les services spécialisés du canton où est situé le bâtiment peuvent vous y aider. Des personnes familières du lieu, telles que des gardes forestiers ou des sapeurs-pompiers, peuvent aussi vous renseigner sur les événements et dommages passés.

  • Exemple : le calcul de la résistance contre la tempête s'arrête souvent à la structure porteuse du toit. Et on oublie alors de fixer les tuiles conformément à la norme.

Les mesures que vous pouvez prendre...

  • Seule la combinaison de mesures ayant trait à la conception, au renforcement et à l’effet d’écran permet une protection efficace. Lors du choix des mesures, soyez particulièrement attentif au danger potentiel pour les personnes et planifiez les mesures de protection de manière à ne pas déplacer les dangers vers les terrains voisins. Prenez éventuellement en compte une adaptation de l'affectation.

    Stratégies de protection des bâtiments existants contre les avalanches et le glissement de la neige

    Protection par un renforcement du système porteur
    Prévoyez un renforcement du système porteur et des ouvertures concernées. Obturez de manière permanente les ouvertures de trop grande taille et difficiles à renforcer suffisamment. Examinez aussi l'affectation de l’espace extérieur.

     

    Protection par une digue d’interception ou de déviation
    En situation de danger lié à un glissement de neige ou à de petites avalanches, protégez le bâtiment existant avec une digue d’interception ou de déviation. Renforcez aussi les ouvertures dans la paroi extérieure exposée aux avalanches. Veillez à ce que les mesures de protection que vous planifiez n’augmentent pas le degré de danger sur les terrains voisins.

     

    Protection par une étrave
    L’étrave est une mesure de protection très efficace et peu coûteuse, surtout si aucune adaptation n'est nécessaire au niveau du bâtiment lui-même (distance / lumière incidente entre l’étrave et le bâtiment). Veillez à ce que les mesures de protection que vous planifiez n’augmentent pas le degré de danger sur les terrains voisins et prévoyez éventuellement d’adapter l'affectation de l'espace extérieur.

     

    Protection contre les avalanches poudreuses
    Les bâtiments menacés par des avalanches poudreuses peuvent être protégés au moyen de mesures au niveau du toit, des éléments en saillie et des ouvertures. Quand vous rénovez votre toit, choisissez des tuiles lourdes ou des modes de construction peu vulnérables et protégez les ouvertures concernées au moyen de structures renforcées (verre renforcé, ensemble verre-cadre-maçonnerie renforcé).

     

    Protection contre les glissements de la neige
    Si le bâtiment est uniquement menacé par le glissement et la reptation de la neige, le danger peut être localement réduit au moyen de piliers de soutènement ou de trépieds. Obturez et renforcez les fenêtres et parois extérieures côté pente.

     

  • Lors du choix des mesures, soyez particulièrement attentif au danger pour les personnes et planifiez les mesures de protection de manière à ne pas déplacer les dangers vers les terrains voisins. Prenez éventuellement en considération un autre emplacement ou un changement d'affectation.

    Stratégies de protection des nouveaux bâtiments contre les avalanches et le glissement de la neige

    Protection par des mesures de conception et de renforcement
    Le danger pour les personnes et les valeurs matérielles peut être réduit considérablement si l’on prend des mesures de conception et de renforcement. Intégrez le bâtiment au terrain pour qu’il soit protégé de manière optimale et choisissez la forme et l'orientation du bâtiment de sorte qu’il ne subisse pas de pressions importantes. Évitez de créer des ouvertures dans la paroi extérieure exposée aux avalanches. Planifiez un mode d’implantation résistant pour les parois extérieures et les ouvertures permanentes côté avalanche et ne prévoyez, pour les locaux dans ce secteur, que des affectations avec durée de séjour brève.

     

    Protection par une digue d’interception ou de déviation
    Une digue d’interception ou de déviation en amont du bâtiment peut réduire considérablement les mesures à prendre. Évitez aussi de créer des ouvertures dans la paroi extérieure exposée aux avalanches. Veillez à ce que la digue n’augmente pas le degré de danger sur les terrains voisins.

     

    Protection par une étrave
    Une étrave suffisamment dimensionnée constitue une mesure de protection très efficace pour un nouveau bâtiment. S’il reste une séparation spatiale entre l’étrave et le bâtiment, il ne sera pas nécessaire d'effectuer de grandes modifications au niveau de ce dernier. Il est important que le bâtiment soit bien intégré dans le terrain derrière l’étrave pour qu’aucune surface de paroi extérieure ne dépasse de l’étrave. Veillez à ne pas déplacer le danger vers les terrains voisins.

     

    Protection par la construction sous forme de toit-terrain
    La construction d’un bâtiment sous forme de toit-terrain représente une mesure de protection très efficace, tout comme l’étrave. Les changements effectués au niveau du bâtiment sont toutefois plus importants. La lumière ne peut pas pénétrer du côté de la paroi extérieure exposée aux avalanches, ce qui influence l'affectation des locaux intérieurs. Planifiez un toit renforcé, qui puisse dévier les forces dues à l'avalanche et à l’accumulation de la neige dans les fondations via le système porteur. La paroi extérieure côté avalanche doit être dimensionnée en fonction de la pression statique de la terre et de la neige. Les parois extérieures latérales non protégées doivent être dimensionnées en fonction de l’effet dynamique de l'avalanche et de son frottement.

     

    Protection contre les avalanches poudreuses
    Vous pouvez protéger efficacement les nouveaux bâtiments contre les avalanches poudreuses avec peu de mesures, par exemple en évitant que la surface des fenêtres soit trop importante. Concevez les surfaces des fenêtres et du toit de manière renforcée afin qu’elles résistent à l’effet de souffle de l’avalanche. Évitez aussi que le toit et la façade présentent des saillies ou faites en sorte de les réduire à un minimum (forces d'aspiration !).

     

    Protection contre le glissement et la reptation de la neige
    En prenant des mesures de protection contre le glissement de la neige (piliers de soutènement, trépieds) au niveau de la pente devant le bâtiment, vous pouvez réduire considérablement le danger. Vous pouvez obtenir une protection supplémentaire en plaçant suffisamment haut les fenêtres côté pente et en renforçant les parois extérieures et les ouvertures concernées. Placez les affectations d’espaces extérieurs comme les terrasses ou les places de jeux côté.

     

  • Concept d’utilisation de l’espace extérieur

    Placez les espaces extérieurs impliquant un séjour prolongé (p.ex. terrasses, balcons) dans les secteurs protégés par le bâtiment ou par des mesures supplémentaires. Placez l'accès au bâtiment à un endroit protégé, par ex. via un garage souterrain avec entrée côté vallée.

  • Concept d’utilisation des espaces intérieurs

    Une utilisation judicieuse des espaces intérieurs permet de réduire le risque encouru par les personnes séjournant dans le bâtiment. Dans la zone directement exposée, ne prévoyez que des locaux avec une durée de séjour courte, par exemple des couloirs de liaison ou des sanitaires.

  • Intégration dans le terrain

    En l’intégrant de manière optimale dans le terrain alentour, vous pouvez protéger le bâtiment de l'effet direct des chutes de pierres, des avalanches et des laves torrentielles en réduisant les surfaces de parois extérieures concernées et donc à renforcer.

    En cas de danger lié à des avalanches et à des pierres ou blocs qui chutent ou volent, prévoyez un placement abaissé du corps de bâtiment dans le terrain alentour (cf. toit-terrain). Placer le bâtiment de manière abaissée par rapport au terrain alentour permet également de protéger le bâtiment des laves torrentielles de grand volume, éventuellement en combinaison avec un remblai. La pression générée dans la zone d’influence du remblai sera réduite, mais il faudra prendre en compte le surcroît de pression dû à la poussée des terres.

    Un placement surélevé est généralement préférable en cas de danger lié à l’eau et à de petites laves torrentielles ou à des pierres et blocs qui roulent ou glissent.

  • Position et agencement des ouvertures

    Les ouvertures, telles que portes ou fenêtres, sont les points les plus vulnérables face au danger de laves torrentielles ou de chutes de pierres. Il convient donc d’éviter de placer des fenêtres sur la paroi extérieure menacée ou de prévoir des ouvertures de petite taille. Renforcez ou coffrez toujours ce genre d’ouvertures. Évitez de placer des entrées sur la paroi extérieure menacée ou protégez-les, par ex. avec des murs de protection ou des digues locales au niveau des portes menacées.

     

    Position et agencement des ouvertures

    Les ouvertures du bâtiment, telles que portes ou fenêtres, sont les points les plus vulnérables face au danger de laves torrentielles ou de chutes de pierres. Il convient donc d’éviter de placer des fenêtres sur la paroi extérieure menacée, ou tout du moins de prévoir des ouvertures de petite taille. De telles ouvertures doivent être renforcées ou coffrées dans tous les cas. Évitez de placer les entrées sur le côté exposé aux laves torrentielles ou protégez-les en adoptant des mesures de construction appropriées. Vous pouvez protéger les portes menacées contre l’action des pierres par des murs ou des digues localisées.

    Vous pouvez protéger les fenêtres au moyen de croisillons en acier placées devant celles-ci. L’espacement entre la vitre et les croisillons doit être assez grand pour que ces derniers disposent d’une distance de déformation suffisante.

  • Pour protéger le bâtiment, ne planifiez en principe que des mesures constructives permanentes !

    Mesures en termes de conception pour la protection contre les avalanches et le glissement de la neige

    Les mesures suivantes en termes de conception conviennent particulièrement bien aux nouveaux bâtiments mais peuvent aussi être mises en œuvre en cas de grande transformation.

     

    Intégration dans le terrain
    Si le bâtiment est bien intégré dans le terrain, il est protégé de l’incidence directe de l'avalanche. Prévoyez donc d'enfoncer le corps du bâtiment dans le terrain alentour. Ainsi, la surface de paroi extérieure exposée aux avalanches sera moindre.

     

    Adaptation du terrain
    Côté amont, planifiez un terrassement du terrain si le bâtiment est en pente. Le terrassement côté amont réduit considérablement l’incidence de la pression de la neige sur le bâtiment.

     

    Forme du bâtiment
    La forme du bâtiment détermine les forces agissant effectivement sur les parois extérieures concernées. Prévoyez un plan en forme de cône ou avec un angle qui dépend de la direction d’écoulement principale. En revanche, les angles saillants et des éléments convexes, tels que cheminées ou encorbellements, sont très défavorables. Veillez aussi à ce qu’aucune conduite (chéneau, conduit d’aération de citerne, etc.) ne se trouve sur la façade extérieure directement touchée. Cette conduite serait endommagée ou arrachée sous le choc de l’avalanche.

     

    Affectation des espaces intérieurs
    En adaptant fectation des locaux, vous pouvez réduire le danger pour les personnes dans les bâtiments. Dans le secteur des parois extérieures exposées aux avalanches, ne prévoyez que des locaux avec une durée de séjour courte, par exemple des couloirs de liaison ou des sanitaires.

     

    Emplacement des ouvertures
    Les ouvertures du bâtiment, comme les portes ou les fenêtres, en sont les plus gros points faibles. Évitez donc d’ouvrir des fenêtres ou des accès dans la paroi extérieure exposée aux avalanches. Si cela n’est pas possible, aménagez ces ouvertures au plus petit format possible et renforcez-les toujours. Les entrées situées sur le côté exposé aux avalanches ne peuvent être autorisées qu’exceptionnellement, pour autant que le motif de cet agencement soit bien fondé et qu’elles soient protégées en permanence par des mesures adéquates.

     

    Affectation de l'espace extérieur
    Planifiez les espaces extérieurs comme les terrasses ou les balcons dans les secteurs protégés par le bâtiment, c'est-à-dire du côté opposé à l'avalanche. Placez l'accès au bâtiment à un endroit protégé, par ex. via un garage souterrain avec entrée côté aval.

     

  • Les écrans de protection peuvent nettement influencer la propagation du danger. Des mesures de ce type ne peuvent être appliquées que si leur mise en œuvre ne provoque aucune augmentation de la menace pesant sur les objets voisins.

    Protection contre les avalanches au moyen d’écrans de protection : digues

    On peut ériger une digue de retenue pour protéger un objet contre des glissements de neige ou de petites avalanches. Lorsqu’il s’agit de contrer de grandes avalanches dans leur zone de dépôt, la digue est généralement mise en œuvre en combinaison avec des ouvrages de freinage, tels que des tas freineurs. La digue de retenue doit être dimensionnée de manière à pouvoir retenir complètement une ou plusieurs avalanches. Sa hauteur sera donc supérieure au cumul de l’épaisseur de la neige déposée naturellement, de la hauteur d’écoulement de l’avalanche et de sa hauteur de retenue. La partie frontale de la digue côté avalanche doit être construite de manière raide. On s’assurera également que ce type de digue dispose d’une capacité suffisante pour contenir le volume de l’avalanche. Pour effectuer des calculs statiques concernant la digue, on se basera sur la pression exercée et sur la preuve concernant les glissements.

     

    Ablenkbauwerke zum Schutz vor Lawinen (Galtür, Foto: S. Margreth)

    La construction d’une digue de déviation permet d’infléchir la trajectoire de l’avalanche dans une direction souhaitée (attention : transfert du danger !) Le coût des digues générant une déflexion comprise entre 20° et 30° est raisonnable. Si l’angle de déviation est supérieur, il faut construire un ouvrage de grande hauteur et il n’est pas sûr que l’avalanche puisse encore s’écouler. Les digues et murs de déviation visant à protéger des bâtiments sont principalement mis en œuvre en bordure de quartiers résidentiels. La hauteur de la digue de déviation est calculée comme celle de la digue de retenue, la vitesse déterminante étant sa composante perpendiculaire à l’axe de l’ouvrage. La partie frontale de la digue côté avalanche doit être construite de manière raide. Attention : le danger peut être accru dans la direction où l’avalanche est déviée !

     

  • Les écrans de protection peuvent influencer nettement la propagation du danger. De telles mesures ne peuvent être prises que si elles n'augmentent pas le degré de danger pour les bâtiments et les terrains voisins.

    Protection contre les avalanches au moyen d’écrans de protection : toit-terrain

    On nomme toit-terrain une construction dont le toit est raccordé sans discontinuité au terrain naturel ou à un remblai du côté amont. L’avalanche passe alors par-dessus le bâtiment. Il y a lieu d’accorder une attention particulière à l’exécution des extrémités du toit. Des solutions spéciales sont aussi requises pour les cheminées, par exemple sous la forme de structures légères remplaçables. Il faut également éviter qu’il y ait un palier entre le terrain et le toit (voir charge statique dans la situation de danger 4). Les parois latérales doivent être dimensionnées pour résister à la pression et aux frottements, à moins qu’elles ne soient reliées elles aussi sans discontinuité au terrain environnant. Il faut aussi dimensionner le toit en fonction des forces horizontales.

  • Les écrans de protection peuvent influencer nettement la propagation du danger. De telles mesures ne peuvent être prises que si elles n'augmentent pas le degré de danger pour les bâtiments et les terrains voisins.

    Abschirmungsmassnahmen gegen Lawinen: Spaltkeil

    L’étrave permet de protéger un objet tel qu'un bâtiment ou un pylône. Elle est placée directement sur l'objet ou juste devant ce dernier. Les masses de neige sont scindées et acheminées de part et d'autre de l'objet à protéger. Attention : le danger peut être accru dans la direction où l’avalanche est déviée ! L’angle d'ouverture maximal ne doit pas excéder 60° (voir charge statique dans la situation de danger 3). L’étrave doit être suffisamment haute pour ne pas être submergée par l’avalanche. Ce paramètre sera calculé en tenant compte de l’épaisseur de la neige déposée naturellement et de la hauteur d’écoulement de l’avalanche. Lorsqu’une étrave est placée directement le long d’un objet menacé sous la forme de murs en aile, il n’est pas nécessaire d’appliquer d’autres mesures sur le bâtiment lui-même. Sinon, il y a lieu de prendre en considération les actions exercées habituellement par la pression et par les frottements sur les parois latérales.

     

  • Mesures de renforcement / de coffrage de la structure du bâtiment

    Tous les éléments porteurs susceptibles d’être influencés par une avalanche doivent être dimensionnés pour résister aux forces de pression et de frottement, ainsi qu’aux forces verticales dirigées vers le haut et vers le bas. Les forces doivent être entièrement canalisées vers les fondations. Prenez aussi en compte les charges concentrées qui peuvent survenir en raison de l’impact de corps étrangers comme des arbres ou des blocs de pierre.

  • Renforcement des parois extérieures et pose d’un remblai

    Les parois extérieures côté avalanche doivent être dimensionnées en fonction de la pression et des forces de frottement engendrées par l’avalanche. Un renforcement important est en général nécessaire. Les revêtements de façades comme les bardeaux en bois ou en matière synthétique ne sont pas adaptés. Plutôt que de renforcer les parois latérales, il est aussi possible de les protéger par des murs en aile. Il s'agit de murs qui s’élèvent latéralement au-dessus de la surface au sol du bâtiment.

    Murs en aile au lieu d’un revêtement de façade au rez-de-chaussée
    Murs en aile au lieu d’un revêtement de façade au rez-de-chaussée (source : GVG)

    Anschüttungen verringern direkt betroffene Aussenwandflächen. Im Bereich der Anschüttung wirkt lediglich ein reduzierter Les remblais limitent les surfaces de parois extérieures directement touchées. L'avalanche exerce seulement une pression limitée dans le secteur du remblai. Mais il faut aussi prendre en compte le surcroît de pression dû à la poussée des terres.

  • Protection des ouvertures contre les avalanches

    Évitez d’aménager des fenêtres et des portes côté avalanche. Les fenêtres et les portes placées parallèlement à la direction d’écoulement doivent être dimensionnées en fonction des forces qui agissent. Les portes doivent être fixées à l'extérieur.

     

    Les charges appliquées sur les fenêtres doivent pouvoir être transmises de la vitre au cadre et du cadre à la structure qui l’entoure et au système porteur. Pour des pressions faibles (avalanches poudreuses), l’utilisation de verre partiellement précontraint permet de réaliser des constructions élancées. De même, pour les portes, les charges appliquées doivent être transmises au système porteur via des huisseries.

     

    Pour des pressions moyennes à élevées (avalanches coulantes), il y a lieu d’opter pour des ouvertures aussi petites que possible. Vous pouvez réduire l’impact des pressions subies au moyen de croisillons, de plaques déflectrices ou de palplanches. Il est impérativement nécessaire de prendre de telles mesures s’il faut s’attendre à des chocs dus à des charges concentrées (blocs, troncs d’arbre). Les mesures de protection nécessitant une intervention humaine ne sont pas autorisées dans la protection des nouveaux bâtiments.

     

    Aperçu des produits en verre recommandés avec leurs épaisseurs minimales et le dimensionnement correspondant

    S’il est fait usage de verre isolant, le vitrage extérieur devrait être dimensionné comme le verre simple d’après le tableau ci-dessus et être couplé avec un vitrage intérieur épais de 8 mm au minimum. Voir également : ÖNORM B 5301 et B 5302 (fenêtres et portes de protection contre les avalanches). Si ce type de verre renforcé ne suffit pas, vous pouvez positionner des croisillons à un intervalle suffisamment faible devant les fenêtres.

     

    ((Bildergalerie: Der Normaldruck auf ein lawinenseitiges Fensterglas wird durch Sprossen verringert.))

    Dimensionnez les plaques déflectrices en fonction des mêmes pressions que pour les parois. La distance maximale par rapport à la paroi ne peut excéder 25 cm. Les plaques déflectrices doivent suffisamment recouvrir les fenêtres (angle min. 45°).

  • Renforcement et exécution du toit

    Évitez de placer des avant-toits du côté amont s’il faut s’attendre à ce que l’avalanche exerce une action verticale dirigée vers le haut (situation de danger 1). Ancrez le toit sans surplomb dans le mur extérieur côté avalanche. Les avant-toits ne sont autorisés qu’au-dessus des parois latérales, pour autant qu’elles soient suffisamment protégées. Veillez à ce que les chevrons et les pannes de ces avant-toits soient bien ancrés dans la structure de la paroi.

    S’il faut s’attendre à ce que le toit soit complétement ou en partie submergé (situation de danger 2), l’ensemble de celui-ci doit être dimensionné pour résister aux contraintes générées par les pressions, frottements et charges appliqués. Dans ce cas, vérifiez si l'ensemble de la structure ne pourrait pas plutôt être aménagé sous forme de toit-terrain.

    En cas de danger dû aux avalanches poudreuses, évitez les avant-toits ou équipez-les d’un coffrage de protection. Choisissez des tuiles aussi lourdes que possible ou des modes d’accrochage capables de résister aux surpressions et aux sous-pressions.

  • Mesures de protection contre le glissement et la reptation de la neige dans l’environnement extérieur

    On peut empêcher, ou du moins ralentir, le glissement et la reptation de la neige en augmentant la rugosité du sol. Ce résultat est obtenu au moyen de banquettes, seuils ancrés, pieux ou trépieds. Ces mesures ont pour effet d’améliorer l’imbrication entre le manteau neigeux et le sol (cf. Leuenberger 2003). Le reboisement améliore encore l’efficacité de la protection.

    Voici d'autres mesures environnementales que l’on peut prendre contre le glissement de la neige :

    • Des adaptations du terrain comme un terrassement de la pente, un accès adapté, des murs de soutènement, la création d’une terrasse, etc. peuvent souvent éliminer le danger lié à la pression de la neige.
    • Entretien: L’herbe coupée à ras favorise moins le glissement de la neige que l’herbe haute. Le fumier gelé augmente aussi la rugosité de la surface du sol.
    • Dans certains cas exceptionnels, il faut prévoir des ouvrages de soutènement pour protéger l'objet de la pression de la neige.