Le check-up des dangers naturels suisse n’est optimisé que pour les tablettes et ordinateurs. Merci de votre compréhension.

Type de bâtiment*
Dans quel domaine souhaitez-vous recevoir des conseils ? Choisissez!
Situations*
Parties de bâtiment*
Bâtiment et situation
Autour du bâtiment
Sous-sol
Façade
Toit
Dangers naturels*
masquer
afficher

Voici ce que vous pouvez faire pour protéger votre bâtiment

Veuillez ouvrir les recommandations et utiliser le menu de sélection ci-dessus pour adapter les critères à votre projet de construction.

Les mesures que vous pouvez prendre...

  • Mesures de stabilisation dans la zone de rupture

    Les mesures suivantes peuvent être prises si la niche d’arrachement est petite et directement voisine du bâtiment menacé.

     

    a) Revêtement / végétation : La pose d’un revêtement ou de végétation peut protéger la surface contre les effets d'altération dus aux intempéries. Dans la mesure du possible, on garnira les pentes rocheuses d’herbe et de plantes. Dans les pentes raides, il y a lieu d’appliquer une combinaison de géotextile, de filets de câble et de béton projeté complété par des ancrages ou des clous, en raison de l’érosion superficielle.

     

    b) Treillis pare-pierres : Les treillis pare-pierres permettent de capturer les pierres qui se détachent individuellement, de les empêcher de rebondir et de les acheminer sous contrôle jusqu’au pied de la pente. Cette mesure est particulièrement appropriée pour les falaises de poudingue soumises à l’altération. Les treillis sont constitués de câbles zingués ou de plastique noué. Ils sont montés à 0.3-0.4 m de la surface rocheuse, afin d’éviter que des pierres détachées se prennent dans le treillis et forment des accumulations susceptibles de l’endommager.

     

    c) Ouvrages de soutènement / ancrages : On peut améliorer la stabilité interne des compartiments rocheux surplombants ou évidés à la base en les soutenant avec des piliers en béton ou en acier. Si l’on érige plusieurs piliers, il est recommandé de les relier par un sommier constitué d’une poutre horizontale en béton armé. Les remblais verticaux de petite taille peuvent être confortés au moyen de murs de soutènement de diverses natures. Ils servent à accroître la stabilité au glissement et au renversement ou à réduire l’altérabilité de la pente. La stabilité interne de blocs individuels ou de secteurs de remblai peut être améliorée en disposant des ancrages dans la roche. On se référera à la norme SIA 267 (Géotechnique) en ce qui concerne le dimensionnement des ancrages et leur protection contre la corrosion.

     

    d) Diminution de la pente : Le danger potentiel occasionné par les petits remblais rocheux peut être réduit en leur conférant une déclivité inférieure à 40°. Il faut cependant tenir compte du fait que l’altération est plus active dans les remblais dont la structure a été modifiée en surface.

     

    e) Drainage : Les drainages sont destinés à évacuer les eaux superficielles percolant dans le remblai et à drainer les eaux profondes circulant dans la roche. Cette mesure a pour effet de ralentir les processus d’altération naturels. Elle est mise en œuvre en combinaison avec d’autres mesures de stabilisation.

     

    f) Purge des parois rocheuses : On entend par purge des parois rocheuses le fait d’ôter les pierres et blocs menaçant de tomber. La durée d’efficacité de cette mesure est limitée, car l’altération est un processus qui progresse en permanence. La purge doit être effectuée en appliquant un procédé ménageant les falaises. Il est fréquemment nécessaire d’ôter les pierres et les blocs à la main pour satisfaire à cette condition. Pendant les purges périodiques, il y a lieu d’ordonner des mesures de protection temporaires dans la zone menacée par les chutes de pierres.

     

  • Paratonnerre et parafoudre

    Une installation de protection contre la foudre protège efficacement votre bâtiment. Attention : les appareils et installations électriques à l’intérieur du bâtiment ne sont pas protégés de la surtension par le paratonnerre. Pensez à installer un parafoudre, tel qu’un limiteur de surtension combiné. Idéalement, le parafoudre doit compléter le paratonnerre. Pour la mise en place, faites-vous conseiller par un spécialiste (services spécialisés).

Ce que vous pouvez encore faire en cas d'urgence...

  • Mesures d'urgence en cas de fortes chutes de neige

    En cas de fortes chutes de neige susceptibles d’atteindre l’épaisseur prise en compte pour le dimensionnement, prévoyez les mesures d’urgence suivantes (p.ex. dans la convention d'utilisation avec le maître d'ouvrage) :

    1. Fermer le périmètre du terrain en cas de menace de glissements de neige ou de glace
    2. Détermination de la charge de neige admissible pour la structure porteuse existante (par une étude du dossier de construction ou une évaluation statique)
    3. Mesure ou estimation de la charge de neige momentanée locale ((Link auf Tabelle mit Raumlasten von Schnee))
    4. Comparaison entre la charge retenue pour le dimensionnement et la charge momentanée
    5. Consulter les prévisions météorologiques pour voir si de nouvelles chutes de neige sont prévues.
    6. Si nécessaire : Faire déblayer la neige / ôter la glace par un personnel formé
    7. Si nécessaire : Faire évacuer les locaux concernés du bâtiment et/ou fermer les accès et les places sous les toits et les avant-toits.

    Les étapes 2 à 7 nécessitent à l’intervention d’une personne formée.

     

  • Déblaiement de la neige sur les capteurs et panneaux solaires :

    Faites appel à une personne spécialisée pour déblayer la neige des capteurs et panneaux solaires. Si possible, ne faites qu'essuyer la neige et servez-vous de la pelle avec prudence. Si le soleil brille, il suffit souvent de libérer une petite zone pour que la chaleur résultante fasse fondre la neige sur toute l’installation. Lorsque vous déblayez à la main, faites attention de ne pas déclencher d’avalanche de toit (danger pour les personnes sur et sous le toit !).