Avalanches

Digues d’interception et de déviation à Galtür (source : Stefan Margreth)

Bases

Les avalanches peuvent emporter ou endommager des forêts entières ou des infrastructures massives. Dans la zone de décrochement et de transit (le long de sa trajectoire), l'avalanche gagne en vitesse ainsi qu’en masse et en volume jusqu’à s’arrêter complètement dans la zone de dépôt. Les bâtiments sont généralement situés dans la zone de dépôt des avalanches, là où les vitesses d’écoulement sont faibles en raison de l'aplatissement du terrain et de la dispersion latérale. Mais même dans la zone de dépôt et avec une hauteur d’écoulement de quelques mètres à peine, les avalanches ont un immense pouvoir de destruction, surtout si elles charrient des matières solides comme des troncs d'arbres. Dans le pays montagneux qu’est la Suisse, la gestion des avalanches est une longue tradition, a grandement déterminé le développement des premières cartes des dangers et a contribué à une approche des dangers naturels adaptée aux risques.

Il est possible de délimiter la zone effective des avalanches : au niveau spatial, grâce au terrain et aux ouvrages de protection, et au niveau temporel, en connaissant les conditions de neige et la situation météorologique (bulletins d'avalanches). Pour protéger les personnes, les voies de circulation et les bâtiments, il est donc particulièrement efficace d’opter pour une combinaison de mesures d’aménagement du territoire, de mesures techniques et de mesures organisationnelles.

Objectif de protection recommandé : le bâtiment reste intact jusqu’à un événement tricentennal et protège les personnes se trouvant à l’intérieur.

Termes techniques

On distingue les différentes avalanches en fonction de la forme de leur décrochement, de leur mouvement et des caractéristiques de la neige. Les avalanches qui partent d'un point précis sont appelées avalanches de neige meuble et se déclenchent la plupart du temps à partir d'une pente d'environ 40° seulement. Le plus souvent, et déjà dans des pentes à partir de 30° de déclivité, ce sont des avalanches de plaques de neige qui se produisent. Elles sont caractérisées par un décrochement linéaire et un déclenchement très subit sur une couche de glissement clairement définie. Si cette couche de glissement se trouve en contact direct avec la surface du sol, on parle alors d’avalanche de fond. Le mécanisme de mouvement par lequel les masses de neige et de glace glissent, tombent ou chutent dans la vallée est particulièrement déterminant pour le dimensionnement des mesures de protection. Il faut aussi connaître la composition et la densité de l’avalanche. En la matière, on distingue les avalanches coulantes et les avalanches poudreuses, même s’il existe des formes mixtes.

Les avalanches coulantes se déplacent surtout en coulant ou en glissant sur la surface (une autre couche de neige ou la surface du sol) et restent en contact direct avec le sol durant leur mouvement. Les avalanches coulantes peuvent atteindre des vitesses maximales de 40 m/s et ont typiquement une densité de 200‑300 kg/m3. Pour les avalanches de neige mouillée, on recense des vitesses de 10 et 20 m/s, pour une densité approximative de 300-500 kg/m3. Dans la zone de dépôt, les avalanches coulantes ont généralement une hauteur d’écoulement de 2-10 m et des vitesses inférieures à 10 m/s. Les pressions générées par l'avalanche peuvent détruire des bâtiments.



Les avalanches poudreuses se développent toujours à partir d’avalanches coulantes. Elles sont constituées d'un nuage de neige sec et tourbillonnant qui jaillit dans les airs à la vitesse de 20 à 80 m/s. Des avalanches purement poudreuses, sans composante coulante, surviennent lorsqu’une avalanche coulante se trouve entièrement en suspension lors d’une chute en terrain raide ou lorsque la composante coulante au sol et la poussière de neige sont séparées en raison des caractéristiques du terrain. Leur densité est nettement moindre (5-10 kg/m3) et leur hauteur d’écoulement supérieure aux avalanches coulantes. Même en cas de contre-pente, les avalanches poudreuses peuvent causer des dégâts sur de longues distances. La pression générée est capable de renverser des arbres et des pylônes ou d’endommager fortement des fenêtres et des toits de bâtiments. La poussière de neige comprimée contre les façades reste visible un certain temps. Les avalanches poudreuses atteignent souvent des hauteurs d’écoulement de plus de 50 m dans la zone de dépôt. Dans les 5 mètres les plus profonds, elles charrient souvent des blocs de neige. Cette « couche de saltation » est soumise aux mêmes forces qu’une avalanche coulante, mais elles sont nettement plus faibles. Toute avalanche de grande ampleur peut charrier des matières solides, souvent du bois, des éboulis ou d’autres objets emportés.



Le glissement de neige est un phénomène similaire aux avalanches. Toute la couche neigeuse glisse et rampe lentement et de manière continue sur la base du terrain en aval. Le glissement de la neige peut déjà survenir à partir d’une inclinaison de 15°, surtout dans les talus fortement ensoleillés avec une faible rugosité du sol. Une forte pente, un terrain à la base humide, des hauteurs de neige importantes et des périodes de chaleur durables renforcent les mouvements de reptation et de glissement. Une activité de glissement de neige élevée se caractérise typiquement par une rupture de la couche de neige en forme de croissant (« gueule de poisson ») et par un bourrelet au pied de la pente. Une couche de neige en glissement peut exercer des forces de pression et de cisaillement importantes sur les obstacles.

Autres termes techniques :

La hauteur de neige décrit la hauteur de la couche de neige.

La hauteur d’écoulement correspond à la hauteur atteinte par l'avalanche en mouvement.

La hauteur de retenue indique quelle est la hauteur de la neige lors de l’impact de l’avalanche (accumulation contre l’obstacle).

La densité (masse volumique) varie au sein de la couche de neige et augmente généralement avec son ancienneté (l’ancienne neige a une densité 2 à 5 fois supérieure à celle de la neige fraîche sèche).

La pression dynamique correspond à l’augmentation de la pression à la surface d’un obstacle touché par l’avalanche.

On nomme toit-terrain une construction dont le toit est raccordé sans discontinuité au terrain naturel ou à un remblai du côté amont.

toit-terrain
Bâtiment aménagé sous forme de toit-terrain (source : GVG)

Paramètres d’intensité pour le dimensionnement des mesures

Les avalanches coulantes et les avalanches poudreuses peuvent être simulées au moyen de modèles d'avalanches. Les spécialistes ont aujourd’hui à leur disposition des modèles de calcul des avalanches en une et deux dimensions. Pour dimensionner les mesures de protection des bâtiments, il faut connaître la hauteur d’écoulement, la direction d’écoulement, la vitesse, la densité et les charges individuelles de l’avalanche. Au lieu de la vitesse et de la densité, il est aussi possible de se baser sur la pression et la hauteur d’écoulement agissant sur un grand obstacle plan et disposé perpendiculairement à la direction d’écoulement.

Pour les avalanches poudreuses, le dimensionnement ne nécessite qu’une valeur indicative sur le souffle auquel il faut s’attendre. Ces données peuvent être tirées des cartes d’intensité et du rapport technique. S’il n’existe aucune donnée concernant l’intensité, elle doit être déterminée par un spécialiste des avalanches.

Pressions exercées par l’avalanche et répartition de ces pressions en fonction des zones de danger rouges, bleues et jaunes
Pressions exercées par l’avalanche et répartition de ces pressions en fonction des zones de danger rouges, bleues et jaunes.
Pressions exercées par l’avalanche et répartition de ces pressions en fonction des zones de danger rouges, bleues et jaunes
Pressions exercées par l’avalanche et répartition de ces pressions en fonction des zones de danger rouges, bleues et jaunes

Données initiales

Notations

hn [m] Hauteur de retenue de l’avalanche coulante
hf [m] Vitesse de l’avalanche coulante
hs [m] Vitesse de l'avalanche poudreuse
hretenue [m] Hauteur de retenue de l’avalanche coulante
vf [m/s] Vitesse de l’avalanche coulante
vs [m/s] Vitesse de l’avalanche poudreuse
g [m/s2] Accélération gravitationnelle (10 m/s2)
lh [m] Épaisseur de la paroi en béton armé
ls [m] Portée de la paroi en béton armé
ρn [t/m3] Densité de la neige déposée naturellement
ρa [t/m3] Densité de la neige déposée par l’avalanche
ρf [t/m3] Densité de l’avalanche coulante
ρs [t/m3] Densité de l’avalanche poudreuse
hg [m] Hauteur du bâtiment
b [m] Largeur du bâtiment
m [t] Masse d’une charge concentrée
α [°] Angle de déviation (angle d’incidence)
β [°] Déclivité de la pente
γ [°] Angle d’ouverture de l’étrave
δ [°] Angle de déviation par un toit-terrain dans le plan vertical
lu [m] Longueur du segment de déviation par un toit-terrain
qn [kN/m2] Pression exercée par la neige déposée naturellement
qf [kN/m2] Pression exercée par l’avalanche coulante
qs [kN/m2] Pression exercée par l’avalanche poudreuse
qf,α [kN/m2] Pression en cas d’incidence oblique
qf,v [kN/m2] Pression exercée sur les parties saillantes du bâtiment
qa [kN/m2] Charge verticale exercée par la neige déposée par l’avalanche
qaf [kN/m2] Charge verticale exercée par l’avalanche coulante
qu [kN/m2] Pression due à la déviation par un toit-terrain dans le plan vertical
qk [kN/m2] Pression due au glissement et à la reptation de la neige
qf,r [kN/m2] Frottement spécifique
qe [kN/m2] Pression statique de remplacement due à une charge concentrée (choc)
qh [kN/m2] Pression statique horizontale
cd ­ Coefficient de résistance
μ ­ Coefficient de frottement
λ ­ Coefficient de hauteur d’accumulation
A [m2] Surface d’impact d’une charge concentrée
N ­ Facteur de glissement
K ­ Facteur de reptation
Qe [kN] Force statique de remplacement due à une charge concentrée (choc)
Avalanches

Situations de danger

Situation de danger 1 : une avalanche coulante contourne un bâtiment

L’avalanche coulante heurte frontalement un bâtiment et le contourne. Le choc provoque une retenue de hauteur hretenue, dont le cumul avec la hauteur d’écoulement hf et l’épaisseur de la neige déposée naturellement hn ne dépasse par la hauteur du bâtiment. L'ensemble du toit ne subit donc aucune action directe. L’action principale est la pression qf exercée sur la paroi exposée. Elle est influencée par la forme du bâtiment, la densité de la neige et la vitesse de l’avalanche. Il est admis que la vitesse de l'avalanche est constante sur toute la hauteur d’écoulement. Pour les parois latérales et toutes les parois atteintes obliquement, on appliquera une pression réduite en fonction de l’angle d’incidence α. Ces parois sont en outre soumises à des forces de frottement (qf,r). L’impact de matières solides (troncs d'arbres ou blocs de roche) doit être pris en compte comme pression statique de remplacement qe.

Situation de danger 2 : une avalanche coulante submerge un bâtiment

La hauteur d’incidence de l’avalanche (hauteur de neige hn, hauteur d’écoulement hf et hauteur de retenue hretenue) est supérieure à la hauteur du bâtiment hb. Il faut prendre en compte la pression appliquée sur les parois (qf) et celle qui s’exerce de bas en haut sur les avant-toits (qf,v). Comme l’avalanche submerge le bâtiment, elle soumet la toiture à une charge verticale qa qu’il y a lieu d’ajouter à la charge de la neige déposée naturellement qn. Les parois et le toit sont en outre le siège de frottements qf,r. L’impact de matières solides (troncs d'arbres ou blocs de roche) doit être pris en compte comme pression statique de remplacement qe.

Situation de danger 3 : une avalanche coulante contourne un bâtiment précédé d’une étrave

Ce cas particulier de la situation de danger 1 est comparable à l'effet d'une avalanche sur des parapets ou des jetées. L’étrave est soumise à des pressions dues au contournement et au frottement ; grâce à l'angle de déviation α, la pression se réduit de qf à qf,α. Mais l'angle de déviation a peut se monter à 30° au maximum, sans quoi l'avalanche atteint le bâtiment comme en cas d’impact (situation de danger 1). L’étrave doit en outre être suffisamment haute, car elle ne doit pas être submergée (situation de danger 2).

Situation de danger 4 : une avalanche coulante submerge un bâtiment équipé d’un toit-terrain

C'est un cas particulier de la situation de danger 2, transposable aux galeries de protection (OFROU/CFF, 2007). Sur le toit de plain-pied s'appliquent la charge verticale de l'avalanche coulante ou arrêtée qa et celle de la neige accumulée naturellement qn. Si le terrain fait un coude au-dessus du toit-terrain, une charge verticale qu supplémentaire s’applique sur une distance de 1,5 fois la hauteur d’écoulement hf en raison de la déviation. Le toit du toit-terrain ne devrait pas se trouver dans ce secteur présentant une force de déviation accrue. Les sollicitations résultent de forces normales et tangentielles (frottements). Pour les parois latérales et les parois éventuellement atteintes obliquement, on appliquera une pression réduite en fonction de l’angle d’incidence a. Les contraintes de frottement seront également prises en compte.

Situation de danger 5 : une avalanche poudreuse atteint un bâtiment.

L’action exercée par une avalanche poudreuse sur un bâtiment est comparable à l’action due au vent. On appliquera donc la même approche que celle décrite dans la norme SIA 261, chiffre 6 (vent).

Situation de danger 6 : la pression de la neige agit sur un bâtiment

Le glissement et la reptation de la neige exercent une pression sur les faces extérieures concernées du bâtiment. La hauteur et la densité du manteau neigeux, la déclivité de la pente et l’exposition, de même que la couverture du sol, sont des facteurs d’influence importants.

Détermination des actions

Hauteur de retenue de l’avalanche coulante:

`h_("retenue") = v^2/(2*g*lambda) [m]`

Cette formule s’applique uniquement si la largeur b de l’objet est nettement supérieure à la hauteur d’écoulement hf. Le coefficient de hauteur de retenue l dépend de la nature de la neige dans l'avalanche :

avalanches légères, sèches: l = 1,5 ­

avalanches denses, mouillées: 2 ≤ λ ≤ 3 ­ 

Pression exercée par l’avalanche coulante :

La pression statique exercée par la contrainte dynamique dépend de la vitesse et de la densité de l’avalanche coulante, de l'angle d’incidence et de la forme de l’ouvrage contourné, exprimée par le coefficient de résistance cd, ainsi que du type de neige.

`q_f = 0.5*c_d*rho_f*v^2 [(kN)/m^2]`

De manière générale, pour les avalanches coulantes et les bâtiments avec une surface rectangulaire, cd = 2 en cas de neige sèche et cd = 4 à 6 en cas de neige mouillée. Pour la densité ρf, on admet comme valeur cible pour des avalanches coulantes sèches 0,3 [t/m3], et pour des avalanches de neige mouillée 0,4 [t/m3]. Exemple : une avalanche coulante sèche de vitesse v = 10 m/s exerce sur un grand obstacle plan perpendiculaire à la direction d’écoulement une pression qf = 0,5 * 2 * 0,3 * 100 = 30 kN/m2.

En cas d’incidence oblique sur des surfaces non perpendiculaires à la direction d’écoulement, on tiendra compte de l’angle de déviation α:

`q_(f,a) = q_f*sin^2alpha [(kN)/m^2]`

Pour les parois latérales parallèles à la direction d’écoulement, on calculera la pression de l’avalanche et le frottement spécifique correspondant à un angle de déviation des masses de neige a = ± 20°. Dans la zone de dépôt en particulier, la direction de mouvement des avalanches peut beaucoup varier, générant des dépôts d'avalanche « en forme de doigts ».

((evtl. Bild: „Fingerartige“ Lawinenablagerung um Gebäude, z.B. von Wilerbachlawine Blitzingen im Obergoms oder Holderliloui Guttannen im 1999))

Le choc contre les parois peut provoquer des forces verticales dirigées vers le haut. Elles agissent par exemple sur les avant-toits et les dalles des balcons :

`q_(f,v) = q_f*0.4 [(kN)/m^2]`

Pression exercée par l’avalanche poudreuse :

Pour les avalanches poudreuses, on peut utiliser les valeurs cd selon la norme SIA 261, chiffre 6 (vent), en remplaçant la pression due au souffle par la pression de l'avalanche poudreuse. Comme la densité de l’avalanche poudreuse est supérieure à celle de l’air, il y a lieu d’augmenter l’effet du souffle en conséquence. Comme valeur indicative de la pression due au souffle qs (voir situation de danger 5), on utilise 3 à 5 kN/m2.

Charge verticale :

la charge due à la neige déposée naturellement (valeur indicative de la densité ρn = 0,4 [t/m3]) est de :

`q_n = (h_f-h_g)*rho_a*g [(kN)/m^2]`

La charge de la neige déposée par une avalanche (valeur indicative de la densité ρa = 0,5 [t/m3]) sur des constructions équivaut approximativement à ce qui suit pour la situation de danger 2 :

`q_a = (h_f-h_g)*rho_a*g [(kN)/m^2]`

Dans la situation de danger 4, la hauteur du dépôt doit être déterminée par un spécialiste des avalanches.

La charge due à l'avalanche coulante sur les bâtiments est de :

`q_(a,f) = h_f*rho_f*g [(kN)/m^2]`

Pour les avalanches de neige sèche, on peut admettre ρf = 0,3 [t/m3], pour de la neige mouillée 0,4 [t/m3].

Déviation verticale :

La pression statique qu due à la déviation verticale (situation de danger 4) sur les toits-terrains ou autres ouvrages similaires équivaut, selon la directive concernant les avalanches sur les galeries de protection (OFROU/CFF, 2007) :

`q_u = (rho_f*h_f*v_f^2"sindelta)/(6*h_f*g) [(kN)/m^2]`

Après le coude du terrain, la force de déviation augmente fortement sur une distance de 1,5·hf et se monte à 4 qu (voir illustration d'un toit-terrain).

Frottement :

Le frottement est pris en compte par l’entremise d’un coefficient de frottement m. Il vaut :

 

Sec

Mouillé

 

μ ­

0.2

0.35

interface : neige / neige

μ ­

0.25

0.45

interface : neige / surface lisse (par ex. béton, herbe)

μ ­

0.35

0.55

interface : neige / surface brute (par exemple éboulis) sur un sol rugueux ou des surfaces abrasives

Le frottement spécifique parallèle à la surface qf,r est calculé à partir de la pression exercée perpendiculairement à la surface qf en appliquant la formule suivante :

`q_(f,r) = mu*q_f [(kN)/m^2]`

Force de choc due à des charges concentrées :

Si l’avalanche peut entraîner des troncs d’arbre ou de gros blocs, il faut ajouter à la pression exercée par l'avalanche la force de choc due à ces charges concentrées (glissements/éboulements).

Lors du choc provoqué par des troncs d’arbre ou de gros blocs, des déformations importantes du système porteur sont possibles. Les forces statiques de remplacement mineures se calculent comme suit :

 

Forces statiques de remplacement suite à un choc lors d'avalanches

Masse m [kg] Vitesse v [m/s]

Énergie E [kJ]

Force statique de remplacement Qe [kN]
(Poinçonnements| Flexion)

100

5

1.25

39 | 10

100

10

5

156 | 38

500

5

6.25

194 | 48

500

10

25

778 | 192

1000

5

12.5

389 | 96

1000

10

50

1556 | 384

La force statique de remplacement due au choc d'un tronc d’arbre Qe [kN] se superpose avec la pression exercée par l'avalanche qf :

`Q_e = q_f / 300 [kN]`

On admet que cette charge concentrée agit simultanément avec la pression qf exercée par l’avalanche coulante. Applicable à n’importe quel endroit sur la hauteur de l’écoulement, elle est répartie uniformément sur la surface d’impact A.

Pression statique de remplacement due à une charge concentrée (choc) :

`q_e = Q_e/A [(kN)/m^2]`

Si la paroi affectée adopte un comportement fragile et non ductile (poinçonnement par la charge concentrée), il y a lieu de prendre en compte une force statique de remplacement plus élevée (éboulements).

Pression due au glissement et à la reptation de la neige :

La pression statique due au glissement et à la reptation de la neige représente approximativement, sur une paroi verticale de bâtiment :

`q_k = rho_n*g*K*N*h_n*0.5/cosbeta [(kN)/m^2]`

avec facteur de reptation K = 0,83 * sin2β ­ (pour rn = 0,4 t/m3)

La hauteur de neige hn peut être déterminée pour une période de retour de 100 ans selon la directive OFEFP/WSL 2007. La pression calculée s’applique aux objets de grande largeur. Les objets étroits et la bordure des objets de grande taille peuvent être le siège de forces de bord élevées. Le facteur de glissement N dépend de la couverture végétale et de l’exposition du terrain :

Couverture du sol

Exposition ONO-N-ENE

Exposition ENE-S-ONO

Eboulis formé de blocs / blocs isolés

1.2

1.3

Couverture continue de buissons / irrégularités du terrain très marquées / éboulis grossier

1.6

1.8

Couche d’herbe à longue tige / éboulis fin / irrégularités du terrain peu marquées

2.0

2.4

Couche lisse d’herbe à courte tige / dalles lisses de roche en place

2.6

3.2

Types de dommages et causes

Défaillance du système porteur :

La plupart des dommages surviennent parce que les systèmes sont trop faiblement dimensionnés et ne peuvent pas suffisamment absorber les forces qui agissent.

Rupture de certains éléments de construction comme les fenêtres, les portes et les portails :

Souvent, une avalanche fait sortir les fenêtres, les portes et les portails de leurs gonds, car les charnières sont trop peu stables, ou des surfaces entières sont enfoncées.

Dommages à la toiture et aux éléments en saillie :

Lorsqu’ils submergent le toit, l’avalanche et les matériaux solides qu’elle charrie peuvent emporter la toiture et les éléments en saillie.

Mesures de protection

Des mesures en termes de conception et de renforcement permettent de réduire considérablement le danger pour les personnes et les biens, par exemple si le bâtiment est intégré au terrain pour être protégé de manière optimale ou si l'on a choisi une forme et une orientation adaptées pour le bâtiment. Pour obtenir une protection supplémentaire, il faut adopter des mesures de protection suffisamment dimensionnées et placées en amont du bâtiment, comme des digues ou des étraves. Évitez de créer des ouvertures dans la paroi extérieure côté avalanche et ne prévoyez, dans le secteur exposé aux avalanches, que des locaux où les personnes séjournent peu de temps. Les parois extérieures et les ouvertures doivent être construites de manière renforcée.

Propositions de concepts et de mesures de protection pour les différentes parties du bâtiment : Protection des bâtiments.

Normes et directives

Normes de construction générales et relatives aux structures porteuses

Normes générales

SIA 480 (2016) : Calcul de rentabilité pour les investissements dans le bâtiment. Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

 

Normes sur les structures porteuses

SIA 260 (2013) : Bases pour l'élaboration des projets de structures porteuses. Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 261 (2014) : Actions sur les structures porteuses. Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 261/1 (2003) : Actions sur les structures porteuses – Spécifications complémentaires. Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA D 0188 (2006) : Wind – Kommentar zum Kapitel 6 der Normen SIA 261 und 261/1 (2003) Einwirkungen auf Tragwerke. Schweizerischer Ingenieur- und Architektenverein, Zürich.

SIA 269 (2011) : Bases pour la maintenance des structures porteuses. Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 269/1 (2011) : Maintenance des structures porteuses - Actions. Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich

SIA 465 (1998) : Sécurité des ouvrages et des installations. Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 469 (1997) : Conservation des ouvrages. Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

ISO 4354 (2009) : Actions du vent sur les structures.

 

Normes des produits de construction avec des exigences concernant la neige (sélection)

Systèmes de murs extérieurs

EN 12865 (2001) : Performance hygrothermique des composants et parois de bâtiments - Détermination de la résistance à la pluie battante des systèmes de murs extérieurs sous pression d'air pulsatoire.

EN ISO 15927-3 (2009) : Performance hygrothermique des bâtiments - Calcul et présentation des données climatiques - Partie 3: Calcul d'un indice de pluie battante pour surfaces verticales à partir de données horaires de vent et de pluie (ISO 15927-3:2009).

ÖNORM B 1300 (2012) : Objektsicherheitsprüfungen für Wohngebäude – Regelmässige Prüfroutinen im Rahmen von Sichtkontrollen und zerstörungsfreien Begutachtungen, Grundlagen und Checklisten.

 

Portes, fenêtres, fermetures extérieures

SIA 329 (2012) : Façades rideaux. Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 329.005 (2000) : Façades rideaux - Résistance à la pression du vent - Méthode d'essai (SN EN 12179). Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 329.008 (2001) : Façades rideaux -  Résistance structurelle au vent - Prescriptions de performance (SN EN 13116). Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 329.011 (2016) : Façade rideaux - Résistance au choc - Prescriptions de performance (SN EN 14019). Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 331 (2012) : Fenêtres et portes-fenêtres. Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 331.051 (2016) : Fenêtres et portes - Résistance au vent - Méthode d'essai (SN EN 12211). Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 331.054 (1980) : Méthodes d'essais des fenêtres - Essais mécaniques (SN EN 107). Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 331.181 (2002) :Verre dans la construction - Essai au pendule - Méthode d'essai d'impact et classification du verre plat (SN EN 12600). Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 331.303 (2016) : Fenêtres et portes - Résistance au vent - Classification (SN EN 12210). Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 331.308 (2002) : Fenêtres et portes - Durabilité mécanique - Prescriptions et classification (SN EN 12400). Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

Ift – Richtlinie FE-05/2 (2005) : Einsatzempfehlungen für Fenster und Aussentüren; Richtlinie zur Ermittlung der Mindestklassifizierung in Abhängigkeit der Beanspruchung; Teil 1 Windwiderstand, Schlagregendichtheit und Luftdurchlässigkeit.

Ift – Richtlinie AB-01/1 (2006): Widerstand gegen Windlasten. Einsatzempfehlung für äussere Abschlüsse. Richtlinien zur Auwahl geeigneter Windklassen nach EN 13659.

ISO 15821 (2007) : Türen, Türelemente und Fenster – Prüfung der Schlagregendichtheit unter dynamischem Druck – unter Zyklonbedingungen.

ISO 16932 (2016): Glas im Bauwesen – Sturmwindhemmende Sicherheitsverglasung – Prüfverfahren und Klassifizierung.

SIA 342 (2009) : Protection des baies contre le soleil et les intempéries. Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 342.003 (2013) : Fermetures pour baies équipées de fenêtres et stores extérieurs - Résistance aux charges de vent - Méthodes d'essai et critères de performance (SN EN 1932). Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 342.016 (2015) : Stores extérieurs - Exigences de performance, y compris la sécurité (SN EN 13561). Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 342.017 (2015) : Fermetures et stores vénitiens extérieurs - Exigences de performance y compris la sécurité (SN EN 13659). Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 343 (2014) : Portes. Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 343.061 (1999) :Vantaux de portes - Détermination de la résistance au choc de corps dur (SN EN 950). Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 343.101 (2000) : Portes équipant les locaux industriels, commerciaux et les garages - Résistance à la charge de vent - Classification (SN EN 12424). Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 343.108 (2000) : Portes équipant les locaux industriels, commerciaux et de garage - Résistance à la charge de vent - Essais et calculs (SN EN 12444). Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

 

Revêtement de toits et de façades

SIA 232/1 (2011) : Toitures inclinées. Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 232/2 (2011) : Bardages. Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 118/232 (2011) : Conditions générales relatives aux toitures inclinées et aux bardages - Dispositions contractuelles spécifiques aux normes SIA 232/1:2011 et SIA 232/2:2011. Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 232.301+A1 (2014) : Plaques d'éclairement profilées, simple paroi, en matière plastique, pour toitures, bardages et plafonds intérieurs et extérieurs - Exigences et méthodes d'essai (SN EN 1013+A1). Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 232.601+A1 (2016) : Ardoises en fibres-ciment et leurs accessoires en fibres-ciment - Spécification du produit et méthodes d'essai (SN EN 492+A1). Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 232.602+A1 (2015) : Plaques profilées en fibres-ciment et accessoires - Spécifications du produit et méthodes d'essai (SN EN 494+A1). Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 232.603+A1 (2016) : Plaques planes en fibres-ciment - Spécifications du produit et méthodes d'essai (SN EN 12467+A1). Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 232.105 (2013) : Tuiles et accessoires en terre cuite - Définitions et spécifications des produits (SN EN 1304). Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 232.701 (2004) : Détermination de la résistance au soulèvement des tuiles en terre cuite ou béton mises en béton mises en oeuvre sur la toiture - Methode d'essai par système de toiture (SN EN 14437). Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 243 (2008) : Isolations thermiques extérieures crépiesIsolations thermiques extérieures crépies. Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 232.353 (2006) : Éléments de couverture - Lanterneaux continus en matière plastique avec et sans costière - Classification, spécifications et méthodes d'essais (SN EN 14963).

SIA 271 (2007) : L'étanchéité des bâtiments. Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 270 (2014) : Etanchéité et évacuations des eaux - Bases générales et délimitations. Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 281 (2013) : Lés d'étanchéité - Lés d'étanchéité en matière synthétique, bitumineux ou à base d’argile - Essais des produits et des matériaux, désignations de produit. Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

 

Feuilles souples d'étanchéité

SIA 289.307 (2012) : Abdichtungsbahnen – Bitumen-, Kunststoff- und Elastomerbahnen für Dachabdichtungen – Bestimmung des Widerstandes gegen Hagelschlag. (SN EN 13583). Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 281.001 (2013) : Feuilles souples d'étanchéité - Feuilles bitumineuses armées pour l'étanchéité de toiture - Définitions et caractéristiques (EN 13707). Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 280.101 (2012) : Abdichtungsbahnen – Kunststoff- und Elastomerbahnen für Dachabdichtung – Definitionen und Eigenschaften (EN 13956). Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

 

Etanchéité des joints

SIA V118/274 (2010) : Conditions générales relatives à l’étanchéité des joints dans la construction - Dispositions contractuelles spécifiques à la norme SIA 274:2010. Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

SIA 274 (2010) : Etanchéité des joints dans la construction - Conception et exécution. Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

 

Capteurs solaires

EN 12975-1+A1 (2011) : Installations solaires thermiques et leurs composants - Capteurs solaires - Partie 1: Exigences générales.

EN 12975-2 (2006) : Installations solaires thermiques et leurs composants - Capteurs solaires - Partie 2: Méthode d'essai.

EN 12976-2 (2017) : Installations solaires thermiques et leurs composants - Installations préfabriquées en usine - Partie 2: Méthodes d'essais.

EN 61215 (2006) : Modules photovoltaïques (PV) pour applications terrestres - Qualification de la conception et homologation (CEI 61215:2005).

EN 62108 (2008) : Modules et ensembles photovoltaïques à concentration - Qualification de la conception et homologation (CEI 62108:2007); Version allemande EN 62108:2008.

 

Serres

SIA 328.001 (2001) : Serres - Calcul et construction - Partie 1: Serres de production (SN EN 13031-1). Société suisse des ingénieurs et des architectes, Zürich.

 

Directives techniques (sélection)

Directives générales

HEV (2016) : Paritätische Lebensdauertabelle. Hauseigentümerverband Schweiz / Schweizerischer Mieterinnen und Mieterverband. (Online-Tool)

 

Toiture

Fibrecem (2000) : Richtlinien zur Planung und Ausführung von geneigten Dächern mit Faserzementprodukten. Schweizerischer Faserzement-Verband, Niederurnen.

Suissetec (2003) : Wegleitung für die Bemessung der Befestigung von Bekleidungen und Deckungen aus Dünnblech. Schweizerisches Spenglereigewerbe, Suissetec.

VSZ (2002, 2. Auflage) : Das Tonziegeldach. Verband Schweizerische Ziegelindustrie, Zürich (www.swissbrick.ch).

 

Évacuation des eaux

Suissetec (2016) : Directive „Evacuation des eaux de toiture“. Association suisse et liechtensteinoise de la technique du bâtiment, Suissetec. (aussi disponible comme Application Web)

 

Verre

SIGaB (2007): Le verre et la sécurité. Documentation, Institut Suisse du verre dans le bâtiment, Schlieren.

 

Protection contre le soleil et les intempéries

VSR (2010): VSR Merkblatt über den Einfluss der Windgeschwindigkeiten auf Sonnen- und Wetterschutz-Systeme. Verband Schweiz. Anbieter von Sonnen- und Wetterschutz-Systemen, Zürich. (www.storen-vsr.ch)

 

Serres

Deutsche Hagel (1984): Schadenerfahrungen mit Eindeckungsmaterialien von Gewächshäusern. Deutsche Hagel-Versicherungs-Gesellschaft, Nr. 12, Wiesbaden

 

Bois

Lignum (2012): Holzbautabellen – Handbuch für die Bemessung. Lignum, Zürich. (TCB2 en ligne - Produits destinés aux structures bois)

Lignum (1999): Revêtements de façade en bois non traité. Lignatec Nr. 8, ISSN 1421-0320, Zürich.

 

Echafaudages / Grues

SUVA (2011): Liste de contrôle - Echafaudages de façade. Numéro de commande: 67038.F, Suva, Lucerne.

SUVA (2007): Liste de contrôle - Grues de chantier. Numéro de commande: 67116.F, SUVA, Lucerne.

SUVA (2014): Liste de contrôle pour les conducteurs de grues à tour pivotante. Numéro de commande: 88179.F, SUVA, Lucerne.

 

Littérature

Littérature générale

Egli, Th. (2007): Recommandations - Protection des objets contre les dangers naturels météorologiques. Association des établissements cantonaux d'assurance incendie, Berne.

Fondation de prévention des établissements cantonaux d'assurance (2014): Prevent-Building – une méthode et un outil d’évaluation de l’efficacité, de la rentabilité et de l’acceptabilité des mesures de protection des bâtiments, destinés à parer aux risques naturels gravitationnels et météorologiques. Rapport concernant la phase 1 incluant les adaptations de la phase 2. Groupe de travail Prevent-Building: WSL-Institut pour l'étude de la neige et des avalanches SLF, Egli Engineering AG, Geotest SA, B,S,S. Volkswirtschaftliche Beratung, Version 12.05.2014. (Download)

Suda J. und Rudolf-Miklau F. (Hrsg.) (2012): Bauen und Naturgefahren, Handbuch für konstruktiven Gebäudeschutz. Springer, Wien.

Pression et glissement de la neige

Auer, M., R. Meister, A. Stoffel und R. Weingartner (2004): Analyse und Darstellung der mittleren monatlichen Schneehöhen in der Schweiz. Wasser Energie Luft 96. Jahrgang, Heft 7/8.

Enveloppe des édifices Suisse (2006): Tableau de calcul pour les stop-neige. Technische Kommission Steildach, Verband Schweizerische Gebäudehüllen Unternehmungen, Uzwil (www.gh-schweiz.ch)

Lawinenwarnzentrale Bayern (2006): Anleitung zum Abschätzen einer aktuellen Schneelast. Bayerisches Landesamt für Umwelt.

Margreth, S. (2016): Ausscheiden von Schneegleiten und Schneedruck in Gefahrenkarten. WSL Berichte, Heft 47.

Meister, R. (1986): Density of New Snow and its dependency on Air temperature and Wind. Zürcher Geographische Schriften 23, S 73-79.

Seierstad J.-K. (2006). Snow measurements in Norway using snow pillows. Hydrological Department, Norwegian Water Resources and Energy Directorate.

Stiefel, U., D. Ulrich-Weibel, R. Meister and S. Margreth (2004). Improving Codes for Snow Loads in Switzerland. 5th International Conference on Snow Engineering, July 5 – 7, 2004, Davos, Switzerland.