Quand un « ramollissement » du système porteur peut améliorer le comportement sismique du bâtiment

Le renforcement du système porteur le rigidifie également, ce qui réduit les périodes d’oscillation et engendre en règle générale des accélérations et des forces plus élevées. Quand l’aptitude au fonctionnement du bâtiment doit être garantie après un séisme, le montage de couches molles au-dessus des fondations (« couche flottante », « base isolation ») peut représenter une option qui permet de rallonger les périodes d'oscillation et de réduire les forces. Cela accroît l'effet d’amortissement et réduit les forces sismiques d'une part, et augmente les déplacements relatifs d'autre part. Pour pouvoir supporter ces déplacements, le bâtiment doit disposer d’une marge de mouvement suffisante par rapport aux objets et aux conduits voisins. Cette technologie est relativement chère et est utilisée dans des cas particuliers.

Retour

Si vous changez de profil, vous accéderez à une mise en page et à un niveau de détail du contenu différents.

Changer de profil