Écrans de protection contre les laves torrentielles

Digue de retenue: Une digue de retenue est capable d’arrêter complètement de petites laves torrentielles. Pour cela, il faut que sa hauteur soit supérieure au cumul de la hauteur d’écoulement hf et de la hauteur de retenue hstau de la lave torrentielle. Il faut également s’assurer que le volume de rétention soit suffisant pour contenir la lave torrentielle et les coulées qui pourraient se produire lors d’un épisode pluvieux. Pour effectuer des calculs statiques concernant la digue, on se basera sur la pression exercée et sur la preuve de stabilité au glissement. Dans de nombreux cas, la mesure la plus avantageuse au plan économique et la plus efficace pour réduire le risque pesant sur un nouveau bâtiment consiste à le construire sur un remblai (position surélevée). Ainsi, le bâtiment est complètement protégé en cas de débordements de laves torrentielles et d’inondations (tenir compte de la hauteur de retenue). Il y a lieu de protéger le remblai contre l’érosion aux endroits où l’écoulement est rapide.

Mur / digue de déviation: La construction d’un mur ou d’une digue de déviation permet d’infléchir la trajectoire d’une lave torrentielle dans une direction souhaitée. L'investissement dans des ouvrages générant une déflexion comprise entre 20° et 30° reste raisonnable. Pour des angles de déviation plus larges, il faut construire un ouvrage de grande hauteur et il n’est alors pas sûr que la lave torrentielle puisse encore s’écouler. Les murs et digues de déviation visant à protéger les bâtiments sont principalement mis en œuvre en bordure de localités et au voisinage de points de débordement du chenal. La hauteur de la digue de déviation est calculée comme celle de la digue de retenue, la vitesse perpendiculaire à l’axe de l’ouvrage étant la composante déterminante. Lors du calcul de la hauteur de la digue ou du mur, il y a lieu de prendre en compte les dépôts susceptibles de s’accumuler devant l’ouvrage.

L’étrave déturne la lave torrentielle autour du bâtiment à protéger. Elle est érigée directement contre le bâtiment ou juste devant celui-ci. L’angle d'ouverture maximal ne doit pas excéder 60° (situation de danger 2). L’étrave doit en outre être suffisamment haute, car elle ne doit pas être submergée. Ce paramètre sera calculé en tenant compte de la hauteur d’écoulement de la lave torrentielle et du nombre possible de coulées par épisode pluvieux. Lorsque les côtés de l’étrave sont prolongés par des murs en aile contre l'objet, il n’est pas nécessaire d’appliquer d’autres mesures sur les parois latérales. Sinon, il y a lieu de prendre en considération les actions ordinaires dues à la pression et aux frottements exercés sur les parois latérales.

Des filets à laves torrentielles peuvent être installés dans le lit du torrent ou directement à proximité du bâtiment. Ces filets à laves torrentielles sont dimensionnés selon Volkwein 2014 (disponible uniquement en allemand/anglais). Tout comme pour les digues de retenue, il y a lieu de prévoir une zone de dépôt suffisamment grande. Lorsque des filets sont utilisés comme protection contre les coulées de boue de versant, il faut faire particulièrement attention à la déviation des eaux et, le cas échéant, recourir à des mesures supplémentaires pour protéger le bâtiment contre les crues. Il est indispensable de mettre en place un plan d'entretien des filets à laves torrentielles afin de garantir une protection permanente.

S'applique aux dangers naturels suivants:

Retour

Si vous changez de profil, vous accéderez à une mise en page et à un niveau de détail du contenu différents.

Changer de profil