Comment vous protéger et protéger votre maison contre les orages

La foudre frappe une zone urbaine lors d'un orage d'été, avec des éclairs en arrière-plan.

Les orages accompagnés de grêle, de pluies intenses et de rafales de vent, comme ceux que nous avons vécus à plusieurs reprises depuis le début du mois de juin 2021 en Suisse, sont typiques des mois d’été. La recrudescence de ces intempéries et les dommages parfois considérables sont toutefois plutôt inhabituels. La situation météorologique reste instable pour le moment. Découvrez comment vous pouvez vous protéger et protéger votre maison. Consultez chaque jour les prévisions météorologiques et activez les alertes de l’application « Alarme-Météo » afin d’être averti à temps de l’arrivée de tempêtes orageuses. Faites preuve de prudence lors de la planification d’activités en montagne et au bord de l’eau, et respectez les instructions des autorités.

Les principaux conseils pour se protéger des orages :

  • Ne vous mettez jamais vous-même en danger. N’essayez pas, à la toute dernière minute, de sauver votre voiture ou d’autres objets de valeur de votre garage ou des sous-sols si l’eau y a déjà pénétré.
  • Sécurisez les objets mobiles sur votre terrasse, sur votre balcon ou dans votre jardin afin qu’ils ne puissent pas être emportés par le vent et ne deviennent pas un danger pour les personnes ou les objets. Les arbres et objets qui tombent représentent également un danger important.
  • Fermez les portes et les fenêtres pour vous protéger du vent et de la pluie battante, et remontez tous vos stores. Les stores à lamelles et les stores extérieurs ne résistent ni aux tempêtes, ni à la grêle.
En cas d'inondation, les sous-sols et les rez-de-chaussée sont particulièrement en danger.
Quittez immédiatement les locaux et les ascenseurs qui risquent d'être inondés.
Lors d'une forte tempête, un arbre tombe sur le toit d'une maison et un trampoline s'envole
Fixez les objets non fixés sur la terrasse, le balcon et dans le jardin afin qu'ils ne s'envolent pas. Les arbres et les objets qui tombent constituent également un grand danger.
En raison du danger de grêle, les stores sont relevés et donc bien protégés
Fermez les fenêtres et les portes et remontez les stores, car ils ne peuvent pas résister aux tempêtes ou à la grêle.

Les foyers orageux : un phénomène localisé et difficilement prévisible

Les orages sont des phénomènes météorologiques très dynamiques et localisés ; ils restent donc difficilement prévisibles, malgré les méthodes de mesure et de prévision modernes. Le bulletin météorologique indique en règle générale l’ampleur et l’intensité de l’orage : il est en revanche possible de prévoir seulement à la dernière minute, au mieux, quand et où exactement un orage défini débutera. Cela s’applique particulièrement aux « supercellules », car la trajectoire et la durée des cellules orageuses peut changer en l’espace de quelques minutes. En conséquence, il est important, en cas de risque d’orage accru, de prêter attention aux alertes des applications telles qu’« Alarme-Météo », d’observer activement les événements à l’horizon et d’être en tout temps bien préparé pour faire face à d’éventuelles pluies intenses, de la grêle ou des rafales de vent. Car lorsque le ciel s’assombrit, que les premiers éclairs tombent et que le grondement du tonnerre se fait entendre, il ne reste que peu de temps pour agir.

Comment les orages d’été se forment-ils ?

Les conditions requises pour la formation d’un foyer orageux sont la présence d’une importante humidité à proximité du sol ainsi que de forts mouvements verticaux de l’air, qui transportent l’humidité vers les couches d’air supérieures. Ce soulèvement des masses d’air proches du sol (phénomène dit de « convection ») est rendu possible par les différences de masse volumique des masses d’air à différentes hauteurs, et s’explique donc par la stabilité de la stratification dans l’atmosphère. En présence d’une stratification stable, les différences de température et de masse volumique aux différentes hauteurs sont faibles ; en conséquence, presque aucun échange d’air vertical n’a lieu. Plus la stratification atmosphérique est labile, soit instable, plus les masses d’air chaud et humide peuvent monter rapidement dans les couches supérieures, et ainsi contribuer à la formation de nuages d’orage. Ces conditions sont principalement présentes en été, lorsque l’ensoleillement important chauffe particulièrement les couches d’air proches du sol et que beaucoup d’eau s’évapore. Dans ce contexte, les masses d’air chaud et humide, de masse volumique faible, montent bien plus rapidement que la vitesse nécessaire pour que leur température (et donc leur masse volumique) puisse s’adapter à l’air environnant. Ce mécanisme d’élévation se renforçant continuellement (« rétroaction positive »), les masses d’air chaud et humide montent haut dans le ciel et s’y condensent pour former des nuages. À une distance de 10 à 14 km d’altitude, la tropopause, soit la surface se trouvant sous la stratosphère stable, empêche que les masses d’air continuent à monter, ce qui entraîne la formation des nuages d’orage typiques, en forme d’enclume et coupés au sommet de manière relativement nette. Le développement de nuages d’orage est un processus particulièrement dynamique et localisé, ce qui rend les prévisions difficiles.


De violents orages en juin et juillet 2021

Les récents orages de juin et juillet 2021 ont montré que les foyers orageux pouvaient, d’un seul coup, déchaîner les éléments naturels et, tout du moins au niveau local, avoir des conséquences dévastatrices : arbres déracinés, parties de façades effondrées, toits recouverts ou troués par la grêle ou encore nombreux sous-sol inondés. Face à des grêlons de 5 cm, qui abîment jusqu'aux pare-brise des voitures et aux sous-toitures, même les meilleures mesures de prévention en matière de construction sont pratiquement impuissantes. La cadence importante des cellules orageuses qui se suivent et les précipitations persistantes ont créé une situation délicate en termes de crues au niveau national. Le fait qu’en comparaison avec les événements tragiques dans les pays voisins, la Suisse s’en soit tirée avec tout juste des égratignures, est entre autres dû aux enseignements tirés des précédentes intempéries comme les crues de 2005 et 2007, ainsi qu’à des systèmes d’alerte et d’intervention qui fonctionnent bien. Par ailleurs, la chance a en partie joué en notre faveur, car les quantités de pluie auraient pu être plus concentrées en Suisse.

Les 19 établissements cantonaux d’assurance estiment, au 27 juillet 2021, que les dommages aux bâtiments causés par les orages accompagnés de grêle et de pluies intenses s’élèvent à 650 millions de francs suisses (communiqué de presse du 29.07.2021). Ainsi, les dommages dus aux orages dépassent déjà en 2021 les coûts de la crue de 2007 (415 millions de francs à l’époque), mais restent inférieurs à l’événement majeur de 2005 (880 millions de francs). Toutefois, le recensement des dommages n’est pas encore terminé, et la saison des orages dure en général jusqu’aux mois de septembre/octobre.

Danger de crues : la situation reste délicate

La situation météorologique reste instable et le risque d’orage présent, raison pour laquelle la situation en matière de crues ne sera pas rapidement résolue. Les sols sont encore saturés d’eau et peuvent donc à peine absorber des précipitations. La « pré-humidité », qui favorise un écoulement particulièrement rapide, est toujours présente : en conséquence, les précipitations ruissellent très rapidement et le danger de ruissellement de surface est donc élevé. Ce ruissellement de surface pouvant être déclenché presque n’importe où, également loin des cours d’eau et des lacs, les forces d'intervention et la population doivent rester particulièrement attentifs afin d’éviter ou de limiter les dégâts causés par des inondations.

Protection contre les inondations

L’eau cherche toujours le chemin le plus direct vers le point le plus profond. En conséquence, en cas de fortes pluies orageuses, l’eau ruisselant à la surface s’accumule rapidement dans les ravines, les dépressions de terrain et les cuvettes. L’eau s’écoule depuis une pente ou le long d’une rue jusque dans les zones résidentielles, où elle peut causer de sérieux dégâts et devenir un danger pour les habitants. Seuls 20 à 30 cm d’eau suffisent pour que les portes ne puissent déjà plus s’ouvrir et que des personnes restent enfermées ou que des voies d'évacuation soient bloquées. De plus, les fenêtres et les portes peuvent soudainement céder sous la pression croissante de l'eau et des pièces entières peuvent se retrouver inondées en quelques secondes. Pour cette raison, lorsque l’eau s’infiltre, il faut quitter immédiatement les pièces touchées, comme les caves ou les parkings souterrains, mais également les ascenseurs. L'eau qui s'écoule est beaucoup plus puissante qu'il n’y paraît et peut entraîner des personnes ou emporter des véhicules. Il est dont essentiel d’éviter les abords des cours d’eau et de se conformer aux instructions et aux avertissements des autorités.

Si vous cliquez sur ce bouton, des vidéos de YouTube seront intégrées sur l’ensemble du site internet. YouTube pourra dès lors collecter des informations à votre sujet.

Quittez immédiatement les locaux et les ascenseurs à risque d'inondation.

Si votre bâtiment dispose de mesures de protection mobiles comme des batardeaux, mettez-les en place suffisamment tôt – mieux vaut trop tôt que trop tard. Et pour que cela soit possible en cas de sinistre, les systèmes de protection doivent être régulièrement entretenus, et leur mise en place doit régulièrement être entraînée. Il est également essentiel que les responsabilités soient clairement définies, dans l’idéal par le biais d’un plan d’urgence. Des mesures temporaires fiables et des installations de protection provisoires comme des sacs de sable représentent des solutions en matière de construction afin que l’eau ne puisse même pas atteindre les points faibles des bâtiments. Profitez donc des transformations et rénovations pour améliorer votre protection contre les crues.

Listes de produits pour la protection contre les crues

Protection contre les tempêtes

En cas de tempête, les arbres et les objets pouvant être emportés par le vent ou chuter représentent le danger principal. Assurez-vous donc à temps qu’aucun objet de votre appartement ou de votre jardin ne puisse être emporté par le vent. Les pots de fleurs et les chaises de jardin par exemple se transforment en véritables armes lorsqu’ils sont projetés. Il est également important de fermer toutes les portes extérieures et les fenêtres, et de remonter l’ensemble des stores et des volets roulants. Vous réduisez ainsi l’action du vent sur le bâtiment et protégez les stores à lamelles et les stores extérieurs, particulièrement vulnérables.

Mettez-vous à l’abri à l'intérieur d'un bâtiment dès que la tempête se lève. Si cela n’est pas possible, évitez de rester trop près des arbres ou des bâtiments. Les branches qui se cassent, les arbres qui tombent et les tuiles qui chutent des toits sont particulièrement dangereux. Sur les chantiers, une prudence accrue est de mise : des éléments de construction peuvent tomber, des bâches se déchirer et des échafaudages s’effondrer. Des objets à première vue sans danger, comme des meubles de jardin ou un trampoline, peuvent être emportés par le vent et blesser quelqu’un. Parfois, les objets emportés par le vent, comme des tuiles, peuvent même rester coincés dans les toits ou les façades des bâtiments voisins.

Les parties de bâtiments particulièrement exposées sont les bordures des toits, les angles du bâtiment ainsi que les côtés du bâtiment non exposés au vent. L’effet d’aspiration du côté non exposé au vent fait généralement encore davantage pression sur les tuiles ou les éléments de façade que le vent du côté exposé au vent. L’action du vent est particulièrement forte lorsque le vent peut frapper des deux côtés, par exemple sur les avant-toits ou sur des éléments ouverts tels que les supports à vélos (addition de la pression et de l’aspiration du vent dans la même direction).

Si vous cliquez sur ce bouton, des vidéos de YouTube seront intégrées sur l’ensemble du site internet. YouTube pourra dès lors collecter des informations à votre sujet.

Protection contre la grêle

Les analyses des événements grêle montrent que les stores à lamelles endommagés constituent un bon tiers de l’ensemble des dommages dus à la grêle : en cas de danger de grêle, remonter les stores constitue donc la mesure immédiate la plus importante. Avec le signal d'alerte gratuit « Protection grêle – tout simplement automatique », le dispositif de commande prend cette mesure en charge pour vous – tout simplement et de manière automatique.

Si vous cliquez sur ce bouton, des vidéos de YouTube seront intégrées sur l’ensemble du site internet. YouTube pourra dès lors collecter des informations à votre sujet.

Les grêlons peuvent boucher les écoulements en quelques minutes, favorisant alors les inondations. Si les conditions le permettent et que vous ne vous mettez pas en danger en le faisant, il est recommandé de libérer les écoulements bouchés le plus vite possible afin que l’eau puisse s’écouler sans peine.

Pour les nouveaux bâtiments ou les rénovations, il est recommandé d’opter pour des éléments de construction testés contre la grêle. Reportez-vous au répertoire grêle comme outil d’aide à la planification.

Après une tempête, préparez-vous à la suivante !

Les propriétaires de bâtiments devraient faire contrôler leur toiture régulièrement par des spécialistes afin que les tuiles détachées ou en mauvais état ou d’autres éléments de construction puissent être réparés ou remplacés à temps. Un nettoyage régulier des gouttières, des chenaux et de l’ensemble des installations d’évacuation des eaux sur votre propriété est essentiel pour être bien préparé aux prochaines pluies intenses. Avant des rénovations ou d’importantes transformations, il est recommandé de vérifier les mesures de prévention constructives. Vous trouverez un aperçu des dangers pour votre propriété ainsi que des recommandations et conseils pour la protection de votre bâtiment sur le check-up des dangers naturels.

Check-up des dangers naturels

Retour

Si vous changez de profil, vous accéderez à une mise en page et à un niveau de détail du contenu différents.

Changer de profil