Type de bâtiment*
Dans quel domaine souhaitez-vous recevoir des conseils ? Choisissez!
Situations*
Parties de bâtiment*
Bâtiment et situation
Autour du bâtiment
Sous-sol
Façade
Toit
Dangers naturels*
masquer
afficher

Voici ce que vous pouvez faire pour protéger votre bâtiment

Veuillez ouvrir les recommandations et utiliser le menu de sélection ci-dessus pour adapter les critères à votre projet de construction.

De quelle protection votre bâtiment a-t-il besoin ?

  • Définissez des objectifs de protection pour votre projet de construction. Il est essentiel de savoir contre quels dangers naturels vous voulez protéger votre bâtiment et quel degré de protection vous voulez lui offrir. C'est la condition pour pouvoir prendre les mesures appropriées.

  • Plus vous anticipez la protection contre les dangers naturels au cours de la planification, plus les solutions choisies pourront être mises en œuvre de manière esthétique et économique.

  • Choix de l’emplacement du bâtiment hors des zones de danger

    Évitez les dangers naturels gravitationnels comme les effondrements, les avalanches, les chutes de pierres, les laves torrentielles, les glissements de terrain ou les crues et privilégiez si possible, pour votre bâtiment, un emplacement hors des zones des danger. Attention : même en situation de danger faible, le risque peut être considérable en fonction de l'affectation et des biens potentiellement menacés !

  • Attention : Tous les bâtiments sont exposés au risque de fortes pluies, de la grêle ou de tempêtes et doivent être protégés en conséquence !

    Les cartes de dangers montrent à quel point la parcelle est menacée.

  • Les services spécialisés du canton où est situé le bâtiment peuvent vous y aider. Des personnes familières du lieu, telles que des gardes forestiers ou des sapeurs-pompiers, peuvent aussi vous renseigner sur les événements et dommages passés.

  • Exemple : le calcul de la résistance contre la tempête s'arrête souvent à la structure porteuse du toit. Et on oublie alors de fixer les tuiles conformément à la norme.

    Fortes pluies, grêle ou tempêtes peuvent survenir n'importe où en Suisse et menacer les bâtiments. Les mesures de protection définies par des normes sont utiles pour tous les bâtiments. Exigez de vos partenaires de construction l'application de ces normes de construction dans leur intégralité « jusqu'à la dernière vis ».

Les mesures que vous pouvez prendre...

  • Choisissez une combinaison de mesures conceptuelles, de renforcement et d’écran. Il faut en particulier veiller à la protection des personnes. Seules des mesures permanentes conviennent pour protéger le bâtiment contre les chutes de pierres et de blocs. Examinez aussi un changement d'affectation.

    Stratégies de protection des bâtiments existants contre les chutes de pierres

    Protection au moyen de renforcements (sauf toit)
    Dans la zone de dépôt de pierres qui roulent ou glissent : Renforcez ou coffrez les parois extérieures concernées et protégez les ouvertures au moyen de croisillons. Prévoyez d’aménager les espaces extérieurs utilisés de manière intensive dans le secteur protégé.

    Protection au moyen de digues ou de filets
    Une digue de rétention, un mur de rétention ou un filet en câble d'acier et un filet tournant peuvent offrir une protection efficace. Les filets doivent être remis en état après un événement afin de garantir qu’ils remplissent leur rôle de protection (objectifs de protection). Adaptez l'affectation dans les espaces extérieurs non protégés.

    Protection au moyen de renforcements (y compris toit)
    En cas de danger lié à des pierres ou des blocs qui roulent ou qui volent au-dessus de la hauteur du bâtiment : Prévoyez des coffrages et des renforcements au niveau du toit et des parois et ouvertures extérieures concernées. Évitez au maximum l’utilisation des espaces extérieurs, car ils ne peuvent pas être protégés par le bâtiment.

    Protection au moyen de mesures dans la zone de rupture
    Si la zone de rupture est de faible surface et directement contiguë au bâtiment, on peut éventuellement stabiliser et sécuriser ce secteur. En cas de risque résiduel, réduisez l'utilisation des espaces extérieurs près de la zone de rupture et évitez ou protégez les ouvertures dans les parois extérieures concernées.

  • Concept d’utilisation de l’espace extérieur

    Placez les espaces extérieurs impliquant un séjour prolongé (p.ex. terrasses, balcons) dans les secteurs protégés par le bâtiment ou par des mesures supplémentaires. Placez l'accès au bâtiment à un endroit protégé, par ex. via un garage souterrain avec entrée côté vallée.

  • Concept d’utilisation des espaces intérieurs

    Dans la zone des parois extérieures directement exposées, ne prévoyez que des locaux avec une durée de séjour courte, par exemple des couloirs de liaison ou des pièces humides.

  • Réduisez la surface des parois extérieures exposées. Placez aussi le système porteur du bâtiment de manière à le protéger du danger de chutes de pierres, de laves torrentielles ou d'avalanches. Des voiles ou panneaux porteurs sont plus adaptés qu’une construction en ossature. Faites appel suffisamment tôt à un ingénieur civil.

  • Position et agencement des ouvertures

    Les ouvertures, telles que portes ou fenêtres, sont les points les plus vulnérables face au danger de chutes de pierres, de laves torrentielles ou d'avalanches. Il convient donc d’éviter de placer des fenêtres sur la paroi extérieure menacée ou de prévoir des ouvertures de petite taille. Renforcez ou coffrez toujours ce genre d’ouvertures. Évitez de placer des entrées sur la paroi extérieure menacée ou protégez-les, par ex. avec des murs de protection ou des digues locales au niveau des portes menacées.

  • Les écrans de protection peuvent influencer nettement la propagation du danger. De telles mesures ne peuvent être prises que si elles n'augmentent pas le degré de danger pour les bâtiments et les terrains environnants.

    Écrans à l’extérieur du bâtiment

    Digue / mur / cuvette de rétention : Les digues en terre peuvent absorber des énergies de chute supérieures à 10 000 kJ. Elles représentent la mesure de protection la plus efficace contre les chutes de blocs. Par contre, elles prennent beaucoup de place. En utilisant des constructions en blocs, en gabions ou en géotextile, on peut aménager des remblais très raides d’un côté ou des deux côtés.

    Filet en câble d'acier ou filet tournant : De nos jours, les filets en câble d'acier et les filets tournants peuvent absorber de très grosses charges de service, jusqu’à 5000 kJ. Mais ils doivent être remis en état après un événement afin de remplir à nouveau leur rôle de protection.

    La preuve de résistance pour les filets de protection est apportée par un essai de type selon Baumann, R. (2018). L’examen porte sur des filets répartis en 9 classes d’énergie, de 100 kJ à 5000 kJ.

  • Coffrage / remblai / renforcement des parois contre les chutes de pierres et de blocs

    Le coffrage / renforcement des parois avec des matériaux amortissant les chocs représente une mesure très efficace, car l’élément porteur est ainsi protégé en grande partie des effets directs.

    Pour renforcer les parois en béton armé des nouveaux bâtiments, augmentez leur pourcentage d'armature. Il est possible de renforcer les parois, mais cette solution est rarement économique. La capacité d’absorption d’énergie augmente faiblement en regard du supplément de coût occasionné par les matériaux.

  • Renforcement du toit / pose d’une couche de couverture

    La pose d’une couverture en sol meuble permet de protéger les surfaces de toitures de manière optimale. Les toits plats légèrement inclinés sont particulièrement adaptés.

  • Mesures de stabilisation dans la zone de rupture

    Si la niche de débordement est petite et directement contiguë au bâtiment menacé, vous pouvez envisager de stabiliser la zone de rupture. Les mesures potentielles vont de la végétalisation aux ancrages et drainages en passant par les revêtements en géotextile, les filets ou le béton projeté. Faites appel à une personne spécialisée (p.ex. ingénieur civil).